Post-E3 2006 : entre « next gen » et « new gen »

Réflexions après le salon

L'expérience a son petit côté troublant. En demandant à une amie si elle voulait jouer à UNO sur 360 (oui oui, le jeu qui rame lorsque la machine a plus de vingt cartes à afficher alors qu'elle fait tourner Gears of Wars), elle a refusé car ça l'énervait de « ne pas avoir les cartes en main ». Cette même personne, pourtant relativement réfractaire au jeu vidéo, s'était pourtant amusée toute une soirée sur le Made in Wario DS... Interactivité, c’est le mot-clé. Car les néophytes ne se satisfont plus de tourner un joystick à droite ou à gauche et d’appuyer sur un bouton, comme les bons geeks que nous sommes le découvrions il y a bientôt vingt ans.

Le monde de la console s’est enfermé dans ses carcans bien confortables que tous valident hypocritement : éditeurs d’un côté pour qui l’argent facile coule à flots, joueurs de l’autre qui n’ont pas à faire d’effort en découvrant la nouvelle itération de leur jeu favori. Nintendô, essuyant plusieurs semi échecs entre la fin des années 1990 et les débuts 2000, semble avoir voulu faire changer la donne. Sa petite DS, destinée à conquérir un nouveau public, était également l’occasion de ne plus jouer dans la même cour que ses concurrents directs. Pari réussi puisque la bête ouvre, depuis un an et demie, de nouveaux horizons et laisse le champ libre à la future Wii pour le marché du salon.

Mais ! Car il y a toujours un mais dans ces belles histoires. Aussi bandante soit la Wii pour tous les joueurs qui ont vu les news tomber ces dernières semaines, elle ne pourra pas s’imposer aussi facilement. La PS3 est (pour l’instant) une honte, tous les joueurs un minimum renseignés le savent. Je ne vais pas vous faire l’affront de vous lister pourquoi. Mais, donc, si plusieurs centaines de milliers d’abrutis se sont battus il y a six ans pour acheter un lecteur DVD qui fait tourner Fantavision, David REEVES (président de SCEE) est loin d’avoir tort lorsqu’il déclare : « We have built up a certain brand equity over time […] that the first five million are going to buy it, whatever it is, even it didn't have games ».

Et si l’on se complaît sur des postulats tels que « Sony a trop menti et raté son E3 » ou même « si tout le monde la boycotte comme moi, la PlayStation 3 ne se vendra pas », l’objectivité nous échappe. Quel pourcentage de joueurs est effectivement au courant qu’un important salon de jeu vidéo a eu lieu il y a quelques semaines ? Combien portent de l’intérêt réel aux caractéristiques techniques de la machine ? Car lorsque Sony fera son buzz marketing grand public en martelant que la PS3 est X fois plus puissante que ses concurrentes, c’est cette annonce qui fera mouche et non le reste. Alors qu’un infime pourcentage du grand public (re)connaît l’hypocrisie et les coups bas de Sony, c’est ce même grand public qui régit le marché du jeu vidéo, qu’on le veuille ou non.

Que la « bien pensance » et la pseudo intelligentsia ludique s’en convainque est la pire des préparations : on n’y croit jamais plus, mais les partis d’extrême droite rallient toujours autant. Loin de moi l’idée de faire une comparaison déplacée entre les produits PlayStation et le Front National, mais force est de constater qu’aux lancements de leurs machines comme en politique, les consommateurs achètent une marque et non un produit. Le dernier GameFan valide ces prises de parti qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez : à rire du Blu-Ray et de la cherté de la PS3, leurs lecteurs risquent d’être bien surpris si, dans les tops de ventes, elle tient la tête haute face à leur Wii révolutionnaire.

Article intéressant ?

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

fr4nz
07 Juin 2006
13:40

Pour ma part, je pense qu'il est encore un peu tot pour juger la PS3. Peut etre qu'après le TGS on pourra se faire une meilleur idée....

Raton-Laveur
09 Juin 2006
13:47

Alors la solution consiste à suivre le "buzz marketing" et de ne pas dénoncer la "cherté de la ps3" ? La solution est de faire lire aux gens ce que sony leur dira (de façon plus ou moins mensongère) dans quelques mois ? La solution, quand on parle de l'E3 et non des carrières à venir des consoles, consiste à ne pas exposer combien sony s'est montré pathétique face à la concurrence lors de cet évènement précis ? Sous prétexte qu'un faible "pourcentage de joueurs" ne sait pas que l'E3 a eu lieu, on ne devrait pas parler des performances des constructeurs ? Tu fais un procès qui n'a pas lieu d'être.

(pour info : même si l'article de dernière minute qui est ici cité n'était pas signé, c'est moi qui l'ai écrit)

09 Juin 2006
14:10

Salut Raton,

Je ne visais aucun article et aucun rédacteur de GF en particulier. Comme le magazine dans lequel tu écris, nous ne nous sommes pas gênés pour dénoncer la prestation scandaleuse de Sony à l'E3 et "parler des performances des constructeurs" et ce, dès la fin des conférences. Tu peux retrouver l'intégralité de l'article ici : http://www.kanpai.fr/culture-japonaise/e3-2006-bilan-conferences
Cette présente page de réflexions post-E3 n'est absolument pas une ode à Sony ou un coup bas pour Nintendô. Tu es bien placé pour savoir qu'on n'est pas vendus à l'un ni à l'autre bien que l'on ait une petite préférence pour la boîte du plombier, et que l'on ne se gène pas pour râler sur ce qui ne nous plaît pas, de quelque marque que cela provienne.
A titre personnel, j'ai infiniment plus d'attentes dans la Wii que dans la PS3, pour de multiples raisons : concept, jeux, prix, etc. D'ailleurs, j'ai l'intention de m'acheter au moins une Wii (la japonaise à sa sortie et pourquoi pas une deuxième d'une autre nationalité un peu plus tard), alors que je ne risque pas d'investir dans une PS3 à 600€ pour lire du Blu-Ray.
Sans langue de bois, cet article sert donc à présenter mon avis selon lequel la presse spécialisée semble se complaire dans cet E3 raté par Sony et ne pas se méfier de la marque. Or il me semble évident que la PS3 s'arrachera quand même à sa sortie. C'est un peu pareil avec la DS et la PSP. Tout le monde se pignole sur les chiffres de ventes de la DS (que je soutiens férocement) au Japon alors que la PSP, son UMD ridicule et son catalogue de jeux famélique se vendent plus que la DS aux US et en Europe...
Tout est question d'oeillères, hein. Pas de procès.

Matt
10 Juin 2006
03:00

On achète une marque plutôt qu'une console ? C'est bien possible, même si dans mon cas, ce n'est pas Sony que je suis, mais Square-Enix (sans doute présent sur Xbox à l'avenir, mais Microsoft, autre marque, me fait plutôt m'enfuir en courant). Mais certainement pas à la sortie, et pas avant la première voire seconde baisse de prix. La Wii ? Pourquoi pas, mais pas au début non plus (j'ai pris une GC pour certains jeux, et après plus d'un an d'achat, je n'en ai que 3... Mais bon, je compte sur les jeux d'occaz un jour ou l'autre...)

Thomas
11 Juin 2006
23:13

Je ne comprends pas l'utilité d'un tel article et ce ton un rien désabusé et maladroit. Tu sembles vouloir t'ériger en garant d'une certaine vision des jeux video. Quel drôle d'idée de dénoncer les critiques envers Sony et son E3 pathétique. Les critiques sont toujours les bienvenues et salutaires, et ce, envers qui que ce soit. Tu sembles dire que le déroulement tel que tu le décris est inéluctable et que tout est déjà joué: je ne le pense pas, sincèrement. Je suis peut-être optimiste, mais SI les JEUX PS3 sont mauvais en majorité, peut-être que le grand public, que tu penses connaître comme dénué de sens crtique, arrêtera d'acheter une machine qui ne lui fournie pas de bons jeux et qui est chère? Il y a toujours une incertitude. Ton amertune t'as fait perdre de la lucidité. Et puis si des "petits médias", confidentiels, amateurs, inaccessibles au "grand public", critiquent à raison un grand constructeur, peut-être que ces arguments seront relayés par des médias plus importants par le biais d'Internet et/ou un effet boule de neige. Et là, ton scénario n'aura pas lieu. Bref, l'histoire n'est pas encore écrite, ni figée. Vraiment ces histoires de constructeurs me laisse froid et je ne comprends ces "fanboys" qui ne jurent que par une marque. Voyons, seul les jeux comptent! Il y en aura des bons et ce, sur tous les supports. Et qu'on ne me sorte pas l'exemple de la Dreamcast et de ses bons jeux injustement boudés par le "grand public".... En ce qui me concerne, et en tant que joueurs passionnés depuis plus de 20 ans, la WII ne me séduit pas plus que ça: faire le guignol devant son poste de télévision, je ne me l'imagine pas trop. Télécharger des jeux que je préfère avoir en Hu-card ou en beaux boîtiers non plus. Mais j'attends d'être séduit, de l'avoir entre les mains et d'avoir eu tort. Même chose pour la PS3 donc. Pour finir, ton rapprochement avec le Front National est quand même déplacé. Quoi les electeurs du FN votent pour une marque? on critique le FN et les gens votent quand même pour eux? Qu'est-ce tout cela veut dire? Quel est le but de ton texte? l'idée derrière c'est quoi?

12 Juin 2006
10:00

Salut Thomas,
Non, je ne dénonce pas les critiques envers Sony et son E3 pathétique. D'ailleurs, comme je le disais plus haut, on ne s'est pas gênés pour crier nous-mêmes nos critiques haut et fort dans un autre article, il y a déjà plusieurs semaines. Du coup, ce papier sert en quelque sorte à renverser la pression, ainsi que la tendance des sites et magazines spécialisés (dont nous faisons partie) à casser uniquement du sucre sur le dos de la PS3 sans trop inviter ses "hardcore-lecteurs" s'en méfier.
Concernant l'effet boule de neige dont tu parles, j'aimerais bien que ce soit le cas. Sauf que dans tous les reportages destinés au grand public que j'ai pu voir, je n'ai vu aucune once de critique envers la PS3. La palme revient au "6 minutes" de M6 dans lequel j'ai pu entendre que la PS3 et la Wii avaient le même système de fonctionnement gyroscopique et qu'elles sortiraient "toutes les deux en novembre aux prix respectifs de 500 et 300€". Tu vois le genre...
Je ne parle pas des médias grand public ayant des journalistes très compétents (Libé, par exemple), mais bien des autres qui touchent la plus grande partie du public et, donc, le gros des ventes. Je ne dis pas que l'histoire est figée ou déjà écrite, juste qu'à mon avis il y a de grandes chances que cela se passe de cette manière. Et c'est donc ce que je fais partager sur cette page. Libre à tous de penser l'inverse ! ^_^

Ajouter un commentaire