Ponyo sur la Falaise (critique)

Film Hayao Miyazaki - Ponio (Ghibli)

Ce qui est amusant avec Hayao Miyazaki, et par extension le studio Ghibli, c’est qu’ils ont une popularité à toute épreuve. Quel que soit l’intérêt de leurs films, la critique et la populace bien-pensante s’en emparent comme d’une production de toute façon arty. Et pourtant, lorsqu’on jette un œil à la filmographie de Miyazaki en particulier, sa dernière décennie a non seulement été peu prolixe, mais qualitativement en demi-teinte. Car si Princesse Mononoke est évidemment toujours prégnant depuis 1997, Le Voyage de Chihiro n’est pour moi pas aussi marquant, bien qu’il ait séduit le public néophyte occidental. Et je ne parle même pas du faiblard Château Ambulant qui donnait de sérieuses sueurs froides quant à la réputation du studio et de son réalisateur vedette. Toujours est-il que Ponyo sur une Falaise est son huitième film sous l’égide Ghibli. Et qu’avant sa sortie en salles japonaises cet été, on n’en savait pas grand-chose. Même aujourd’hui, alors qu’il semble annoncé en France pour le 8 avril prochain, il reste assez mystérieux. Je me suis donc plongé dans ce Ponyo en japonais pour voir de quoi il retournait.

Premier constat surprenant pour un Miyazaki : le travail sur le film, réalisé en 2 ans seulement, est basé sur des aquarelles. Une technique essayée par son collègue Isao Takahata, notamment sur Mes Voisins les Yamada mais dont Miyazaki ne semblait pas très friand. Pourtant, la sauce prend très vite et le rendu final est plus que convaincant. On a un univers cohérent, aux couleurs pastel toutes douces et visuellement très intelligent. C’est agréable, simple et sans fioritures. Quant à l’animation, elle est assez fabuleuse pour un film aussi artisanal. Hayao Miyazaki et son équipe nous prouvent une fois de plus leur talent à ce niveau. Certaines séquences de Ponyo sont assez incroyables vu le nombre de poissons en mouvement. Ghibli fait clairement de la résistance face à la production générale de films d'animation, constituée à 90% d'images de synthèse. Et mine de rien, après tous ces Pixar, Dreamworks et autres (aussi bons soient-ils), ça fait du bien de voir qu’on peut encore se prendre des claques en animation 2D. Précisons enfin que le réalisateur retrouve ses habitués, puisque la bande originale est signée Joe Hisaishi et la production est assurée par Toshio Suzuki. Voilà pour le côté technique.

Le script de Ponyo sur une Falaise m’a d’abord rappelé La Petite Sirène : une jeune princesse poisson rouge rêve de devenir humaine. Elle est recueillie par un gamin de 5 ans, Sôsuke (et non pas Sasuke, bande de Narutardés), qui la baptise Ponyo. Pour la petite anecdote, le personnage de Sosuke est inspiré du jeune Goro Miyazaki qui a récemment réalisé Les Contes de Terremer. L’histoire, jonchée de magie, raconte délicatement l’installation et le quotidien de nos deux petits compères. On est donc très loin du blockbuster marin de Disney, et clairement proches de Mon Voisin Totoro. D’ailleurs, quitte à choquer les puristes otakus, je qualifierais presque Ponyo sur la Falaise de Totoro 2. Car on est très proche du style de ce film majeur : avec l’innocence de l’enfance mise face à un personnage fabuleux, l’absence de véritable ennemi et, au contraire, les notions très fortes de respect, de politesse et de compréhension… Comme son aîné, Ponyo est très drôle par moment, surtout dans les mimiques et certaines animations de la petite princesse. Et, il va sans dire, on n’évite pas les quelques références plus ou moins discrètes à l’écologie et au non-respect de la nature environnante. Cette fois, c’est une ville portuaire qui est touchée, en ce que la mer remplace le ciel comme espace de liberté.

Pour autant, Ponyo sur la Falaise près de la Mer est-il pour Mon Voisin Totoro ce que Princesse Mononoke était à Nausicaä ? Difficile de répondre définitivement, mais les rapprochements entre les deux sont indiscutables. La vraie question est plutôt de savoir si, cette fois, il s’agit pour de bon du dernier Miyazaki (sachant que Mononoke Hime devait déjà l’être il y a 11 ans). Les voies du capitalisme de la création artistique sont impénétrables…

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

SUlfu
03 Janvier 2009
01:33

J'attends impatiemment la sortie en France en tout cas. Je trouve par contre que les critiques sur la personne de Miyazaki assez idiotes, notamment la dernière phrase. Ca manque carrément d'objectivité.

NEOFITEU
11 Janvier 2009
16:03

les neofites ces po des lumiere ta raison. Ridicule critique..
Ponyo est l'adaptation de la petite sirene, c est pas un mystere Mossieur l'specialiste. Tu craches sur les spectateurs gratuitement en quoi ton avis serait le bon... On croit rever.

mao-star
21 Janvier 2009
13:21

Moi aussi je l'attend avec impatience! la critique est en effet assez idiote et peut constructive , une fois encore un long silence aurait mieux valu qu'un long discours !
laissons se film adorable aux rêveurs et aux rêveuses.

Romz
24 Mars 2009
22:51

Quel article bete et mechant, c'est subjectif, sans arguments, et gratuit. Comme l'a dit NEOFITEU "Tu craches sur les spectateurs gratuitement en quoi ton avis serait le bon...". J'attend avec impatience la sortie du film.

ZAFT
25 Mars 2009
13:42

Un article qui me laisse un peu dubitatif avec des critiques peu constructives voir presque des attaques alors qu'il n'y a auncun argument derrière.

Tu parles avec un certains dédain des "néophytes" alors qu'il s'agit d'une histoire de goût et de couleur. Et à lire ta dernière phrase, on peut se demander s'il ne faudrait pas te ranger dans cette catégorie. Car si effectivement Miyasaki devait prendre sa retraite après Princess Mononoke, ses plans ont changé suite à la mort prématurée en 1998 de Yoshifumi Kondō qui était perçut comme le successeur du maître.

Ch
03 Avril 2009
19:27

Hé bien moi j'ai vu le film hier en version japonaise : magnifique ! Plein de poésie et de sensibilité. Quelques longueurs peut-être. A recommander en tout cas.

Ajorr
04 Avril 2009
23:17

Critique intéressante, Mon voisin Tototo est l'un de mes Miyazaki préférer. L'idée que Ponyo soit un Totoro 2 n'est donc pas pour me déplaire.
A voir dès le semaine prochaine...

bal63fr
05 Avril 2009
19:25

Ce dernier film de Miyazaki est tous simplement splendide. La qualité des dessins et des animations sont superbes et créent une harmonie incroyable.
n'hésitez pas à voir en salle.
La musique est également très réussie.
http://stephane.balmana.free.fr/?q=node/13

ulysse
08 Avril 2009
13:38

il a l air genial

ulysse
08 Avril 2009
13:40

j aimerais que mesq petits enfants le decouvre

balzary
13 Avril 2009
11:09

Je m'associe à tous ceux qui ont déjà relevé la stupidité de cet article.
La dernière phrase suggérant que ce qui pousse Miyasaki est devenu l'argent montre bien que ce gars ne comprend rien à ce dont il parle. Quand on sait l'implication totale Miyasaki pour ses films on se dit que notre pauvre chroniqueur parle pour se faire plaisir.

Soulslayer
19 Avril 2009
10:11

Moi ce qui me fait le plus rêver, c'est l'ensemble de ces Trolls à deux balles qui circulent toujours sur le net, et qui trouvent qu'une seule chose à faire, critiquer. Vous jetez des pierres sur le rédacteur qui donne son opinion, mais lui il vous a pas demandé de dire ce que vous pensez de son point de vue.
C'est incroyable, les misérables qui osent utiliser des phrases comme "la stupidité de cet article", "quand on sait l'implication totale" (wooow tu as l'air doué toi, pourtant t'en dis pas plus).
Bref, on s'en fout de l'objectivité, on est pas là pour ça, si vous voulez du GK ou du JV, et bien passez votre chemin. Si cette opinion ne vous plait pas, et bien "t'écoutes pas et puis c'est tout" !!!

Freakosophe
23 Avril 2009
20:16

Un peu dur avec Myasaki. Un petit éloge ne fait pas de mal en ces temps de disette créative:

http://freakosophy.over-blog.com/article-30582945.html

nunu
19 Mai 2009
19:51

Moi ce qui me fait rêver c'est l'inévitable redresseur de torts qui critique les critiques. Stérile. Ce qui est sût c'est que sur kanpai, dès que ça sort du jeu vidéo l'avis est nettement moins cultivé. A relire pour le plaisir la vieille critique de lost in translation, un grand moment d'incompréhension face au cinéma... Sinon Miyazaki ne travaille pas pour l'argent, disney n'a pas son mot à dire sur le contenu de ses films, et les 3 derniers sont les 3 meilleurs : bien plus libres dans la forme tout en gardant un fond traditionnel. Ce n'est que mon avis, partage par bien plus de monde que celui de "miyazaki hype à deux francs" me semble-t-il...

lou
25 Mai 2009
16:47

Disons que tu as une haute opinion de toi même, tu vivras sans doute mieux comme ça au moins tu aimes ce que tu es, pense, et dit...
Le voyage de Chihiro est mon Miyazaki préféré... désolé hein je dois être qu'une crétine qui ne réflechit à rien, cela dit j'ai aimé tous ses décors qui, il faut l'avouer sont magnifiques et la notions
de solitude qu'il y aborde sont très intéressante. Je suis musicienne donc les musiques d'Hisaishi m'aide à m'ennivrer de la magie de ce film.
Chacun ses goûts mais merci de construire ta critique et de développer tes arguments.

lollycandy
03 Juin 2009
09:58

jador ce film!!! ts les mangas de ce genre sont tous biens!!!

lollycandy
03 Juin 2009
10:02

c'est vrai que la culture japonnaise est tellement fascinante!! on y découvre des mondes pleins de fantaisie et de magie!!
ponyo est un manga déstiné pour les âges, d'après moi, ce sont les films comme ça qui méritent d'être vus par tout le monde!!

A.
23 Octobre 2009
19:00

j'apprécie beaucoup -en général- les oeuvres des Studios Ghiblis qui font des travaux énormes pour ces films d'animations!

Princesse mononoke a été l'un des premiers que j'ai vu et adoré, ce sera celui qui m'aura le plus marqué, quant au Voyage de Chihiro, je l'ai aussi beaucoup apprécié, avec un univers peut-être plus enfantin que son prédécesseur -mais avec un dynamisme et un scénario plus... rafraîchissant, je dirais!-
(quand au Château Ambulant, il me semble qu'il a été inspiré d'un Roman qui se révèlera bien plus complet que le film d'animation dans lequel on a parfois du mal à comprendre les raisons du pourquoi... -bien qu'il n'en reste pas moins un très bon film!-)

Ponyo sur la falaise est un bon film, avec un travail incroyable effectué sur l'océan! (tous ces poissons, ces détails du monde marin, et cette imagination nous donne une jolie merveille!)
Je reste cependant un peu sur ma faim lors des dernières minutes du film... un peu comme si c'était prévisible, et que ça en perdait son éclat... (bon, tout le monde connait l'histoire de la petite sirène, que ce soit la vraie fin ou cette de Disney! donc bon!)

[si l'image de kosuke désigne le fils de Miyazaki, dans ce cas, qu'en est-il de l'image du père de ponyo? (ça restera pour moi un personnage incompris... ;A;) ]

Rose
21 Juin 2014
09:33

Moi je dois etre une vraie néophyte puisque le Chateau ambulant est l'un de mes Miyasaki préférés. Tu sais ce n'est pas parce que nausicaa ou Porco Rosso sont plus vieux qu'ils sont meilleurs. C'est juste parce qu'ils t'ont marqués comme tu les as vus en premier.

Ajouter un commentaire