Nobody Knows

Film Dare mo Shiranai (Kore Eda Hirokazu)

Après plusieurs films très appréciés de la critique, KORE-EDA Hirokazu réitère l’expérience de Distance en s’inspirant d’un célèbre fait-divers national. En l’occurrence, il s’agit de l’ « affaire des quatre enfants abandonnés de Nishi-Sugamo » qui avait remué le Japon en 1988. Il modifie et romance le drame vers l’abandon progressif de quatre gamins par une mère-enfant qui compte autant de pères qu’elle a pondu de marmots. Basant son récit sur l’enfermement de la fratrie, il confie vouloir éviter l’ « enfer de l’extérieur » au profit de la « richesse de l’intérieur ».

Et il parvient plutôt correctement à ces fins avouées, sur la base d’un découpage en saisons qui rythme la descente aux enfers des protagonistes : de l’automne vers l’été, les déchets remplacent les billets, les cheveux poussent, les peaux se noircissent. KORE-EDA emprunte ce qu’il peut à TAKAHATA et son Hotaru no Haka, la délicatesse des sentiments comme l’horreur de la pente glissante n’atteignent pas la justesse du traitement connu en animé. Reste qu’il s’appuie à outrance, pour le meilleur, sur son jeune héros YAGIRA « Prix d’interprétation au dernier festival de Cannes » Yûya.

Malheureusement, Nobody Knows (Dare mo Shiranai) s’entiche d’une méthode de montage peu orthodoxe, qui conduit à un étirement en longueur des scènes de la vie quotidienne. Il se fourvoie par là même dans ces descriptions lancinantes et redondantes, quitte à ériger en valeur fondamentale cette absence d’explications qui fait l’attrait et le charme de la première moitié du film (personne ne sait…), jugeant à demi raison que le regard bouleversant de ses jeunes acteurs suffirait à en colmater les points noirs. Peine un poil perdue : l’on manque de s’ennuyer devant l’absence d’intrigue et l’empathie mal conduite, malgré une interprétation fabuleuse, un cadre exceptionnel et un filmage divin.

Article intéressant ?
3.6/5 (5 votes)

Galerie photos

  • nobodyknows01
  • nobodyknows02

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Al'Nilam*
14 Septembre 2006
18:35

Ce film est une pure merveille ! malheureusement je n'ai pas vu le tout début ! Mais ça ne m'a pas empêché d'apprecier pleinement ! J'adore ! C'est vrai que de temps à autre ça traine en longueur mais au final j'était sous le charme !

nobu
22 Mars 2009
20:12

Moi je ne suis pas du tout d'accord avec ce que tu dis.
La longueur des scènes permet de décrire minutieusement le lent processus de désagrégation de cette société indifférente face à la situation des enfants.
Tout l’art de Kore-Eda réside dans sa maîtrise du récit. Cette capacité à narrer un fait divers tragique de manière doucereuse, fluide, presque apaisée.

Ajouter un commentaire