J’avais manqué Lost Planet lors de sa sortie sur X360 début 2007. Il faut dire que la claque Gears of War, dans le même genre, avait imposé un style difficile à suivre. Pourtant, le jeu de tir à la troisième personne de Capcom ne manque pas de qualités. À commencer, pour faire plaisir aux nostalgiques, par un angle d’approche très rétro qui ne manquera pas de faire verser une petite larme aux plus vieux. Les menus spartiates à la Ace Combat PSone, certains bruitages qui semblent directement tirés d’une borne d’arcade La Tête Dans les Nuages… même le design des protagonistes semble ne pas avoir évolué depuis les années ’90 (le héros a de faux airs de Léon des premières versions non sorties de Resident Evil 4).

Finalement, pour les connaisseurs et amateurs de la Dreamcast, je situerais ce Lost Planet à mi-chemin entre Outtrigger et Virtual On. Passé ce petit choc nostalgique (et la larmichette essuyée), il est temps de s’attaquer au cœur du jeu. LP se propose de vous faire vivre une aventure brute de pomme. Le scénario est à l’ancienne : une colonie réfrigérée investie de monstres que le héros doit buter pour venger son père et –accessoirement– sauver l’humanité. Bref, tout ce qu’il y a de plus prétexte pour aller dézinguer du streum. L’action est au cœur du jeu, avec un enchaînement intense et rythmé de séquences de shoot, jusqu’à des boss dantesques.

Lost Planet respecte tellement les traditions classiques du genre qu’il en a les défauts de ses qualités. Parfois décevant (perso lent, action un peu répétitive et finalement linéaire), parfois assez jubilatoire : peu d’exploration, peu de réflexion, on déboulonne tout sans trop réfléchir pour retrouver une rythmique évidente au fil des onze missions. Pour embellir le tout, l’enrobage technique bombe le torse avec non seulement des scènes souvent spectaculaires, mais aussi une architecture globale chiadée, pour un univers finalement cohérent et assez homogène. Le design des monstres (à la Alien) comme des nombreux méchas (à la Gundam) séduira probablement la plupart des joueurs.

Capcom prouve une fois de plus qu’il sait développer des jeux de qualité. Lost Planet s’assume totalement dans son manque d’originalité et offre une aventure suffisamment courte pour qu’elle soit intense de part en part. S’il conserve tout de même quelques défauts, surtout dus à son orientation rétro, le jeu reste une assez belle réussite qui comble nos petits cœurs.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • lost-planet
  • Lost Planete

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles