Déjà presque 3 ans qu’on a joué pour la première fois à Loco Roco… Le premier opus m’avait charmé, tant il offrait un souffle nouveau au famélique catalogue PSP d’alors. Puis, dans une discrétion assez surprenante, une fausse suite à télécharger est apparue sur le PlayStation Store de la PS3. LocoRoco Cocoreccho ! utilisait les fonctionnalités du Dual Shock 3 pour contrôler un papillon dans un monde tout aussi enfantin. Loco Roco 2 signe, lui, le retour du gameplay originel.

Presque trop d’ailleurs puisque les nouveautés, voire les différences d’avec LocoRoco 1 se comptent sur les doigts d’une main… Le platformer arty de Tsutomu Kouno ne perdra personne en route puisque son système de jeu en est une copie carbone. On retrouve donc la fameuse rotation du niveau au lieu du déplacement du protagoniste, avec ses innombrables passages secrets. Tout juste pourra-t-on compter, dans le rang des innovations, sur un mini rythm-game à la Parappa du pauvre, la faculté de « nager » qui ne change pas franchement le gameplay, ou encore une collectionnite somme toute relativement stérile.

En fait, Loco Roco 2 se repose trop clairement sur les acquis du premier. Que ce soit sur les graphismes, les chansons, ou encore ce toujours aussi désagréable effet de rémanence, le jeu ressemble tellement à son grand frère qu’il pourrait tout aussi bien n'en être qu'une extension téléchargeable. Ça ne signifie pas qu’il est mauvais, mais qu’il va falloir s’en rendre compte très vite pour ne pas que cette série mignonette finisse comme Katamari Damashii.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • locoroco-2
  • Loco Roco 2
  • Loco Roco2

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles