Last Friends (drama)

Attention : drama piège ! Last Friends a été mis en avant grâce à son casting « Triple A » : 3 des 5 acteurs principaux, en particulier, sortent de Nodame Cantabile. On a donc vite fait de sauter à une conclusion hâtive, selon laquelle cette série serait délurée et délirante. Alors que c’est tout l’inverse ! Last Friends est sérieux, mélancolique, triste voire dérangeant dans les sujets qu’il aborde et une mise en scène appuyée. Certes, on vire parfois dans le misérabilisme mais globalement, on est autour d’une thématique centrale assez dure.

Le drama raconte l’histoire d’une collocation de 5 amis et du petit-ami violent de l’une des occupantes. Construit en oméga, le scénario relate les difficultés de chacun à surmonter un passé difficile ou une douleur profonde. Au-delà de l’ambiance chaleureuse et de l’impression de force de la collocation qui traverse l'écran, les épisodes recèlent des moments assez intenses. D’abord, comme on l’a dit plus haut, c’est l’interprétation qui est à saluer : Nagasawa Masami trouve enfin un rôle à la hauteur de ses mimiques habituelles de niaise pleureuse (Proposal Daisakusen et autres), Ueno Juri est complètement à contre-emploi de ce qu’elle fait habituellement (son rôle de NodaMe et dans Swing Girls), Mizukawa Asami et Ryo Nishikido (qui joue un Sôsuke, mais pas celui de Ponyo) semblent avoir des rôles juste taillés pour eux. Mais c’est bien Eita qui crève la pellicule, tant son interprétation est juste et forte.

Globalement, les protagonistes sont donc très bien travaillés et servis par d’excellents acteurs. Il faut dire qu’on doit déjà au scénariste, Asano Taeko, les films Nana et Nana 2. Last Friends reste dans la même approche de mal-être et des désillusions de jeunes adultes qui se cherchent. Homosexualité, violence conjugale, amour à sens unique, blocage sexuel… si le drama peine encore à verbaliser les pathos, il a le mérite de les aborder et d’en faire son fond de commerce. Étonnamment, cela en fait une série finalement intéressante, alors que c’aurait facilement pu être chiant et pataud. On n’évite pas quelques longueurs mais, globalement, Last Friends est accrocheur car il change des dramas humoristiques.

Fiche technique : 11 épisodes (+ 1 final spécial de 9 minutes) diffusé entre avril et juin 2008 sur Fuji TV. Opening et chanson thème par Utada Hikaru - Prisoner of Love.

Article intéressant ?
5/5 (2 votes)

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

popolon
04 Mai 2009
12:21

Autant j'ai quelques réserves sur certains de tes articles (Kekkon Dekinai Otoko par exemple) autant je ne peux qu'applaudir des deux mains pour cette très bonne analyse de Last Friends et surtout pour insister sur le fait qu'Eita est certainement l'un des acteurs les plus talentueux de la jeune génération Japonaise, loin devant tous ces pseudo chanteurs/talento qui font mouiller nos ados pré pubères. Eita, lui, est un acteur avant tout et il est toujours juste quels que soient ses rôles (Tokyo friends, Nodame, Suppli, Voice...)
A+

razane
24 Avril 2013
20:39

Alors la rien a dire ton anylise est fait avec une grande finesse de tous se que jai lu celui la fait parti des meilleure si seux nest lui

Ajouter un commentaire