Kumo no Mukô Yakusoku no Basho

Makoto Shinkai - La Tour au-delà des nuages

Après Kanojo to Kanojo no Neko et Hoshi no Koe, SHINKAI Makoto passe à la vitesse supérieure et réalise son premier long-métrage. À l’origine, Kumo no Mukô Yakusoku no Basho (The Place Promised in our Early Days / Beyond the Clouds) devait prendre la forme d’une nouvelle OAV, longue comme deux fois la précédente. Devant l’ambition de l’auteur, la durée du film s’est rallongée pour terminer à 91 minutes, retardant à plusieurs reprises sa sortie à grands coups de bandes-annonces affriolantes et disponibles un peu plus bas.

Les thèmes chers à l’auteur sont toujours présents dans son long-métrage, qu’il définit comme « un conte pour sauver une belle au bois dormant ». Dans une fresque temporelle alternative, le Japon est divisé entre la prise de pouvoir américaine d’Honshû et son sud, et l’annexion d’Hokkaidô par l’ « Union ». Dans ce contexte de guerre, les habitants du Sud vivent dans le mystère d’une tour, construite sur la grande île du Nord vingt-cinq ans auparavant. Alors que l’espace autour de la tour est remplacé petit à petit par des univers parallèles qui ne sont autre que les rêves de la planète, trois adolescents se retrouvent embrigadés dans la spirale du conflit militaire. Et nous donnent à suivre une fable fragile sur les amours adolescentes, l’importance de la promesse, et la connaissance scientifique de leur environnement.

SHINKAI s’est entouré d’une petite équipe pour abattre l’importante charge de travail nécessaire au long-métrage. En plus de son ami Tenmon, qui signe une fois de plus une piste sonore admirable, TAKAZAWA Ushio a rejoint les deux hommes pour s’occuper du design des personnages et de la direction de l’animation. Son rôle offre pourtant plus de demi-teintes que les résultats exquis des deux premiers. En effet, le character design, plus classique et moins typé que dans les OAV précédentes, déçoit les premières minutes avant de s’effacer derrière le traitement de SHINKAI et les caractères qu’il a pensés pour les protagonistes. De même, l’animation des personnages souffre d’un manque de fluidité constant, qui tranche avec la beauté des décors, les travellings délicats et l’incrustation 3D efficace.

Reste que l’on retrouve toujours cette esthétique propre au réalisateur : ses couleurs très chaudes, son histoire chargée émotionnellement, son souci du détail constant et sa manière unique de raconter la mélancolie des sentiments. Dans un monde rêvé entre fantaisie poétique de l’envolée aérienne et la retenue désespérément solitaire dans les songes, il canalise son synopsis dans l’amour immodéré de deux frères ennemis pour une jeune femme en danger. Car la vérité, elle, est autour de cette tour qui suscite tant d’interrogations. A mi-chemin entre un Tenkû no Shiro Laputa et un Shinseiki Evangelion, Kumo Yaku s’inspire des deux pour le charger émotionnellement et donner à son film un cachet unique. Malgré quelques temps morts, il constitue un tour de force technique et une réussite scénaristique incontestables.

À ne surtout pas manquer.

> Télécharger les bandes-annonces sur le site officiel

Article intéressant ?

Galerie photos

  • kumonomukou01
  • kumonomukou02
  • kumonomukou03

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Ajouter un commentaire