Game Boy Advance

Après 12 ans de bons et loyaux services et après plus de 110 millions d'unités vendues, la Game Boy de Nintendo peut enfin prendre sa retraite. En effet, depuis le 21 mars dernier, la Game Boy Advance a débarqué au Japon avec fracas et est depuis vendredi dernier aussi disponible chez nous. N'ayant malheureusement pas pu me procurer la version import, voici malgré tout mes premières impressions sur la version officielle de la bête.

Pour commencer, le premier contact a eu lieu avec le packaging de la bête. En toute franchise, Nintendo of Europe ne s'est vraiment pas foulé et nous offre donc un visuel qui n'est pas à la hauteur de la grande qualité de la machine. Que ce soit de n'importe quel côté, le dégradé de gris donne vraiment à l'ensemble un côté un peu terne. Le dos de la boîte n'est vraiment pas beau à voir, avec ses nombreuses lignes de texte. Cependant, Nintendo y a quand même mis une photo de la GameCube, ainsi qu'un texte expliquant la capacité de connecter les deux machines. La promotion pour la NGC commence donc, d'une certaine manière, déjà, même s'il faudra encore attendre quelques mois pour pouvoir mettre la main sur cette autre merveille de Nintendo.

Après avoir ouvert la déjà petite boîte, on y trouve, la vraiment toute petite GBA. On ne s'en rend vraiment pas compte en la voyant en photo, mais la GBA est minuscule. De la même taille que la GBC, mais prise à l'horizontale, elle est aussi très légère. La grande surprise vient ensuite de la taille de l'écran, qui est aussi énorme que la machine est petite. Finis donc les troubles de la vue après de longues heures sur GBC.

Au niveau de la prise en main, c'est le bonheur total. Beaucoup de gens ont critiqué la position des boutons L et R, soit disant, désagréable à la longue, mais après de longues heures de jeu, je n'ai ressenti aucun problème. Peut-être est-ce dû au fait que je n'ai pas de trop grandes mains. Enfin, toujours est-il que lorsqu'on prend la GBA dans la main, comme avec chaque pad de Nintendo, les doigts se posent naturellement où ils doivent, ce qui procure un confort idéal. Bref, la prise en main est un régal, mais je comprends aisément que ceux qui ont de grandes mains pourraient ne pas partager mon avis.

Une fois l'écran allumé, on est partagé entre la joie et la haine. La joie d'une part car les couleurs pêtent vraiment à l'écran et une fois encore, on reste béat devant sa grande taille. On est vraiment loin devant le petit écran de la GBC et ses couleurs ternes. La haine, car le plastique de l'écran attire les reflets, la poussière et si un doigt à le malheur de le toucher, les traces sont trop visibles. Il faut donc le nettoyer en permanence. Les maniaques de la propreté comme moi vont vivre l'enfer avec leur GBA. De plus, le choix de ne pas rétro-éclairer l'écran pour des raisons d'autonomie engendre également des problèmes de visibilité lorsque l'éclairage n'est pas optimal. Et comme il y a ces problèmes de reflets, c'est parfois un calvaire de jouer correctement. Le gros point noir de la console. Mais heureusement, des filtres existent. Reste à voir ce qu'ils valent…

Au niveau du son, là aussi, c'est une grande surprise. Bien que d'un point de vue purement technique, l'évolution à ce niveau par rapport à la GBC ne soit pas énorme, dans la pratique, la différence est bien perceptible. C'est simple, ça égale la SFC. En plus, on a droit à des voix digitalisées de très bonne qualité. Cependant, il est tout de même dommage que Nintendo n'ait inclus qu'un seul haut-parleur sur la machine et que le volume maximum ne soit pas assez élevé. Mais en jouant avec des écouteurs, on peut bénéficier du son en stéréo, et c'est vraiment le bonheur total.

Pour conclure, je suis donc amplement satisfait de la GBA. Bien sûr, il y a les petits problèmes d'écrans qui gênent parfois un peu les parties, mais on s'y habitue, et à force, on trouve directement le bon éclairage. Et puis la possibilité de jouer à quatre joueurs en link est vraiment séduisante. Du point de vue des jeux, il y a le très agréable retour aux sources pour le gameplay des jeux (surtout pour Castlevania, qui n'a vraiment pas réussi son passage 3D), tout en apportant de nouveaux concepts (Kuru Kuru Kururin) qui m'a totalement convaincu. Bref, Nintendo a tenu 12 ans avec la GB et mon petit doigt me dit que la GBA sera elle aussi présente pour bien des années. Sur ce, j'y retourne !

Article intéressant ?

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles