Eternal Darkness Sanity's Requiem

Après de longues périodes de doutes quant à sa qualité, Eternal Darkness : Sanity's Requiem débarque enfin. Et, contrairement à toute attente, le jeu ne déçoit pas. Bien au contraire même, il s'avère être un des titres les plus prenants sortis sur NGC à ce jour.

Eternal Darkness est typiquement le genre de jeu à polémique. Depuis sa présentation sur N64, il y a de cela déjà 3 ans, le jeu a convaincu autant de monde qu'il en a déçu. Un jeu d'aventure/horreur en 3D, dans lequel la santé mentale du personnage est gérée en temps réel et dont le scénario se déroule sur deux millénaires, avec différents protagonistes à incarner, voilà qui s'annonçait prometteur sur le papier. Mais dans les faits, on ne peut pas dire que le jeu était aussi séduisant. Design très moyen, animations lentes et gameplay inintéressant étaient les principaux éléments ressortants de chacune des démos qui se sont succédées. C'était cependant sans compter sur le talent des canadiens de Silicon Knights, déjà responsables de l'excellent Blood Omen : Legacy of Kain (mais pas de ses très médiocres suites) sur PSone, qui nous ont sorti un jeu réellement surprenant.

Techniquement, le jeu ne fait pas partie des plus beaux qu'il m'ait été donné de voir. Les personnages disposent de peu de polygones, et les décors vont de très moyens à magnifique. Assez irrégulier donc. Par contre, tout bouge à 60 images/seconde avec un frame rate constant, l'affichage est en 640x480, l'aliasing est peu présent et les scintillements sont absents. On est donc face à un jeu très propre visuellement, peut-être même un peu trop.

L'ambiance sonore est quant à elle parfaite. Angoissante à souhait, et variable selon l'état du personnage, elle s'offre encore le luxe de s'adapter aux différentes époques visitées. Cependant, il faut tout de même noter qu'un des "thèmes" (disons plutôt un enchaînement de bruits) est trop souvent présent, ce qui lasse un peu. Mais rien de grave, car il colle parfaitement à l'ambiance. Les doublages sont également excellents, avec pour une fois une vraie conviction dans les dialogues.

Côté jouabilité, là, c'est la grosse surprise. On avait entendu tout et n'importe sur le contrôle des personnages d'Eternal Darkness, et pourtant, le titre mérite bien une mention "jouabilité Nintendô". Ca veut dire ce que ça veut dire, la jouabilité est instinctive, précise à souhait et totalement adaptée au style du jeu.

En plus d'un niveau technique plus qu'honorable, Eternal Darkness dispose également de deux autres grandes qualités, à savoir un scénario recherché et passionnant à la mise en scène irréprochable, et un gameplay béton. Je ne vous parlerai pas plus du scénario, chacun devant, à mon avis, le découvrir tranquillement chez soi devant le jeu. Côté gameplay, si en apparence il peut sembler ressembler de près ou de loin à un biohazard, il n'en est rien une fois le pad en main. Il y a certes toujours des zombies à détruire et des énigmes à résoudre, mais le système de combat s'avère nettement plus poussé (avec la possibilité de "locker" chaque partie du corps de l'ennemi) et les énigmes demandent un peu plus de réflexion. En plus de cela, il y a encore un système de magie, avec des runes, extrêmement bien conçu. Enfin, il ne faut pas oublier la petite jauge verte, celle de la santé mentale, qui vous réservera bien des surprises. Plus elle baisse, plus vous devenez fous, et plus vous allez halluciner… Je n'en dirai pas plus, mais sachez que l'expérience visuelle, sonore, et parfois même tactile vaut vraiment le détoure.

Malheureusement, Eternal Darkness n'est pas un jeu parfait non plus. On notera deux gros défauts. Le premier, c'est le design général. Bien que soigné, il n'a vraiment rien d'attachant, surtout avec ses persos manquant cruellement de charisme. Le second, c'est la durée de vie. Un peu plus d'un douzaine d'heure pour terminer le jeu la première fois. Pour pallier à ce défaut, Silicon Knights a inclus trois scénarii différents dans le jeu, mais, si les influences sur les cinématiques sont indéniables, les phases de jeu ne change pas énormément d'un scénario à l'autre. Cependant, l'histoire est tellement passionnante et l'expérience ludique tellement intense, que l'on y revient quand même une fois le jeu fini.

Assurément, Nintendô ne s'est pas trompé en investissant dans Silicon Knights. On sent en eux le même soucis du détail, le même perfectionnisme. Et pour un premier jeu sur Gamecube, ils signent là un coup de maître. Si ils continuent sur cette voie, à créer les jeux matures de Nintendô, je sens qu'ils vont beaucoup faire parler d'eux à l'avenir. En tout cas, il me tarde de voir ce qu'ils nous réservent pour les prochaines années.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles