E3 2006 : le bilan des conférences

Electronic Entertainment Exposition 2006

Sony

Première compagnie à dégainer cette année, Sony a voulu marquer d'entrée les esprits en présentant sa PS3. Si j'avais plus de curiosité que d'attente à ce niveau-là, c'est surtout du côté de la PSP que je voulais être impressionné. Car pour son deuxième Noël en Europe, troisième au Japon, j'aurais voulu que Sony vienne enfin avec des killer app first party. Et bien rien à signaler. A part un petit trailer, montrant en vrac divers jeux pas franchement tous intéressants (exception faite du futur "je serai culte pour quelques joueurs mais le grand public m'ignorera" Loco Roco) et une démo maladroite de l'émulateur PSone type "Regardez mon beau Ridge Racer vieux de 12 ans sur une portable qui accueille une version plus aboutie à tous les niveaux", Sony se sera gardé de montrer quoique ce soit d'intéressant. Espérons que leur portable sera moins abandonnée sur le salon.

Non, cette année, le focus est sur la PlayStation 3, et rien d'autre. Et contrairement à l'an dernier, cette fois, nous avons droit à de vrais jeux, démontrés pad en main, en lieu et place des CG… euh démos de l'an dernier. Premier "jeu" présenté, première déception. Kazunori Yamauchi nous présente un petit Gran Turismo HD, dont le rendu visuel ne me mettra pas sur les fesses. Pas plus pour le titre suivant, Genji 2, qui outre des graphismes assez sommaires pour une Next-Gen, semblait totalement mou et pénible à jouer. Heureusement, Heavenly Sword vient lui remonter le niveau, avec des graphismes à la hauteur et un gameplay dynamique, bien que très bourrin.

La présentation du jeu de cartes avec l'Eye Toy, dont les cartes posées sur la table faisaient prendre vie à un monstre à l'écran, était plutôt impressionnante. D'un point de vue technique tout du moins, la routine n'étant qu'à l'état de test, on a pas vraiment vu de gameplay derrière. Mais je ne doute pas que d'ici quelques années, quand la machine sera bien implantée au niveau du grand public, une telle application pourrait avoir un fort impact commercial. Je ferai l'impasse sur la partie où Larry Probst est venu réitéré le total dévouement d'Electronic Arts aux machines Sony, tant cette séquence sentait le déjà-vu, en particulier le trailer des jeux de sports qui faisait furieusement penser à celui de la 360 l'an dernier.

Je ne m'attarderai pas non plus sur les quelques jeux présentés en vidéos, celles-ci n'étant franchement pas très représentatives de situations de jeu. On retiendra juste que Square-Enix et Konami auront su me mettre la bave aux lèvres avec leurs magnifiques Final Fantasy XIII et Metal Gear Solid 4. Mais sachant qu'ils n'en sont pas à leur dernier E3, on aura assez d'occasion d'en reparler plus tard.

Petite déception personnelle sur le nouveau titre de Naughty Dog, qui en fait n'en a pas, de titre. Naughty Dog, c'était pour moi un peu un des rares studios de Sony, avec Insomniac, à proposer des jeux à l'esprit cartoon, et apporte un peu de fraîcheur parmi les autres productions first party. Je m'attendais un peu à ce qu'ils fassent du Crash ou du Jak sur PS3, et ce Tomb Raider au masculin m'a plutôt jeté un froid, malgré le fait qu'il ait l'air plutôt bien fait. Quant à Insomniac, ils reviennent comme prévu au FPS, avec un jeu qui aura au moins eu le mérite de montrer que le niveau de la démo de Killzone 2 de l'an dernier, ce n'est pas pour tout de suite.

D'un point de vue personnel donc, je n'aurai pas été totalement emballé par les jeux présentés. Ou du moins, les jeux prévus dans l'immédiat ne me donnent pas d'urgente envie de posséder une PS3. Mais il est clair que vers le milieu de l'année 2007, elle se montrera rapidement indispensable. D'un point de vue général par contre, je pense que ce qui a été présenté aura largement de quoi séduire bon nombre de joueur. Donc absolument pas de mauvaises choses, bien au contraire, juste des jeux qui ne cadrent pas vraiment à mes envies.

Il y a une chose que je redoutais et qui a fini par s'avérer. Après avoir esquissé un sourire moqueur en voyant ce qui s'annonçait être bêtement la Dual Shock 3, j'ai vite déchanté lorsque Sony a présenté son détecteur de mouvements. Ils ont donc bien osé. Mais plutôt que polémiquer des heures sur le fait que Sony ait ou non prévu cette fonction en réaction au pad de la Wii, c'est surtout la manière dont Ken Kutaragi et le toujours aussi hautain Phil Harrison en ont parlé. Présenté comme quelque chose de totalement innovant et limite révolutionnaire, ce pad ne fait finalement que reprendre un système de senseurs déjà vu à plusieurs reprises dans l'histoire du jeu vidéo. On pensera notamment au pad Sidewinder Freestyle Pro de Microsoft sur PC. Donc pas très original, ni innovant, mais les possibilités restent intéressantes. A voir maintenant jusqu'à quel point les développeurs en tireront profit. Dommage également qu'avec cette nouvelle possibilité, Sony ait décidé de supprimer ce qui était devenu un standard, les vibrations.

L'ami Kaz Hirai aura gardé l'info choc pour la fin. On ne s'y attendait pas, et pourtant, Sony a déjà des dates de sorties et des prix définis pour sa nouvelle machine de salon. Si l'annonce du lancement le 11 novembre au Japon et le 17 aux USA et en Europe est une bonne chose. Le prix, lui, a par contre eu l'effet inverse. Honnêtement, si ça fait toujours quelque chose de s'imaginer une console si chère, compte tenu de la technologie embarquée et des applications de la machine, je n'ai pas été surpris. Ce qui par contre ne passe pas du tout avec moi, c'est manière dont les deux versions ont été annoncées. Ils ont donné deux prix et les ont justifiés par deux tailles de disque dur. 100€ les 40 Go de différence, ça faisait un peu beaucoup à mon goût. Et ça cachait bien quelque chose. Pas de HDMI, ni de Wi-Fi intégré ou de lecteur de cartes pour la sous-PS3 à 499€. Le terme "sous-PS3" est peut-être un peu exagéré, mais en comparaison à ce qu'ils annonçaient l'an dernier, la perte de ces fonctions en fait vraiment une PS3 au rabais. D'autant que, contrairement à la Xbox 360 et son Core System, il ne sera pas possible d'avoir une PS3 équivalente au modèle standard en ajoutant des options par la suite. On pourra certes sans doute toujours ajouter un module Wi-Fi USB, ou un lecteur de cartes USB. Mais qu'en sera-t-il de la sortie vidéo HDMI ? Surtout que cette sortie vidéo risque d'être indispensable à terme pour afficher les films blu-ray dans leur pleine résolution, merci la norme AACS.

Nintendo

Je les attendais au tournant. Il leur fallait me convaincre avec leur pad Wii, il leur fallait me prouver que malgré des capacités techniques limitées, ils feraient des jeux qui font et surtout, il fallait qu'ils nous montrent qu'ils avaient bien tiré les leçons du semi-échec de la Gamecube.

Dès le départ, ils auront donc décidé d'en mettre plein la vue, avec un Miyamoto en chef d'un orchestre virtuel, "dirigé" à l'aide du pad Wii, le tout dans ce prestigieux Kodak Theater, qui accueil chaque année les Oscars. Et ce que j'ai beaucoup apprécié, c'est que très vite, Nintendo nous a montré une vidéo des jeux Wii. Jeux qui, au demeurant, n'ont effectivement pas vraiment impressionné techniquement. Mais ça ne m'empêcha pas d'avoir poussé des cris hystériques à la présentation de Super Mario Galaxy.

Les différentes démonstrations du pad Wii auront suffit pour me convaincre. En fait, c'est surtout celle de Zelda qui m'aura marqué. Cela peut paraître un choix étrange, mais beaucoup de mauvaises langues avançaient déjà que le pad ne serait pas adapté à des jeux traditionnels, et que la Wii devrait se contenter de mini-jeux, comme la première vague de titres DS. La démo de Zelda venait donc les faire taire, en montrant un jeu au gameplay plutôt classique, avec des améliorations sensibles, en termes d'immersion mais surtout de confort, que seul la Wii pourra proposer. Et comme en plus on nous l'annonce pour la sortie de la machine, c'est que du bonheur.

Les deux autres grandes démonstrations, Red Steel et Wii Sports : Tennis ont-elles aussi été fort intéressantes. Si on fait l'impasse sur l'accent amusant du représentant d'Ubi Soft venu commenter la démo de leur FPS, on a eu un bel aperçu des possibilités du pad dans des titres à la première personne. Le jeu n'est pas extrêmement original, mais quelques bonnes idées se dégagent quand même, en particulier les combats au katana et je suis assez curieux d'en voir plus d'ici la sortie de la machine. Quant au jeu de tennis, il montre simplement qu'il va offrir de longues heures de fun entre ami. Et la manière de le présenter fut vraiment sympathique, avec Iwata, Reggie, Miyamoto et un petit chanceux tiré au sort gigotant devant l'écran pour s'envoyer la balle.

Nintendô a également décidé de nous montrer quelques nouvelles franchises. Excite Truck, Project H.A.M.M.E.R et Disaster : Day of Crisis. Fils spirituel de Excite Bike, mais avec des gros camions bourrins, Excite Truck est donc le fameux jeu de course dont Reggie avait parlé quelques semaines plus tôt. Je ne veux pas jouer les mauvaises langues, mais malgré le contrôle original avec le pad Wii, malgré le fait que le terrain devrait se déformer en temps réel, le design n'arrive pas à me donner une quelconque envie. Sans doute le design, résolument orienté pour un public américain, qui ne cadre pas avec mes envies. Project H.A.M.M.E.R lui aussi peine à m'intriguer, j'ai même la crainte qu'il faille s'amuser à balancer la télécommande dans tous les sens pour exterminer les ennemis. Une perspective plutôt… dangereuse. Disaster par contre à tout pour séduire, mais outre une séquence en image de synthèse, nous n'en saurons pas grand-chose, juste qu'il faudra survivre à des catastrophes naturelles. Le concept est intéressant, reste à voir ce que cela donnera. Reste que même si sur les trois jeux, seul un risque de m'intéresser, je ne vais pas reprocher à Nintendo d'essayer de nous sortir de nouvelles franchises.

Iwata, dans un anglais toujours autant amusant, nous a appris une petite chose sur la Wii, à savoir qu'elle sera, même éteinte, en permanence connectée à Internet. Un choix plutôt intéressant sur le principe, car il permettrait de télécharger hors des parties du contenu qui serait alors accessible à l'allumage. Toutefois, avec une mémoire flash interne de 512Mo, le concept risque fort de montrer très rapidement ses limites. Peut-être que pas tout n'a été dit à ce sujet, mais l'idée est intéressante et je serai curieux de voir ce qu'ils en font. Elle risque par contre de poser de véritables problèmes aux plus paranoïaques d'entre nous, bien qu'il suffira de débrancher la prise après utilisation pour la désactiver.

Contrairement à Sony, Nintendo n'a pas mis de côté sa portable et outre les traditionnelles autocongratulations sur les ventes de DS, est venu avec de nombreuses surprises. Star Fox, Diddy Kong Racing, une suite à l'excellent Mario vs. Donkey Kong et surtout, le jeu que je n'osais plus espérer voir sortir un jour : Yoshi's Island 2 ! Un vieux rêve d'enfant se réalise, merci Nintendô.

En une petite heure, Nintendô nous aura montré de nombreux jeu, et pourtant on reste sur un peu sur notre faim. Il nous manque encore beaucoup de choses à savoir, comme le fonctionnement de la Virtual Console, la date de lancement ou le prix. Les spécificités techniques manquent aussi, bien que Nintendô ait répété à plusieurs reprises qu'ils ne les donneraient pas. Malgré tout, je ne peux m'empêcher de garder une forte curiosité à ce sujet. Reste que pour cette conférence, Nintendô a quand même rempli son pari, à savoir présenter à quel point son nouveau pad fonctionne bien avec bon nombre de jeu, ce qu'il implique comme changement sur notre manière de jouer. Et surtout, avec le nombre de jeux annoncés, il y a aussi un peu d'espoir que les leçons de la Gamecube aient été tirées. Rendez-vous donc à la prochaine conférence, où il restera donc encore beaucoup à attendre.

Microsoft

Changement radical d'ambiance chez Microsoft, avec pour scène d'ouverture des images de Gears of War. C'est plutôt beau, super bourrin et le sang coule à flot, bref, bienvenue aux Etats-Unis. Le constructeur américain n'ayant pas de nouvelle console à présenter cette année, ils ont pu se concentrer sur la deuxième vague de jeux de leur 360, celle censée maîtriser la console et oublier les merveilleuses choses montrées par Sony la veille.

Pour être honnête, je n'ai pas suivi avec autant d'attention cette conférence. Microsoft n'ayant pas permis de retransmission en direct, c'est donc en différé et en connaissant déjà les tenants et aboutissants que je l'ai regardée d'un œil. Le plus surprenant reste la présence de Peter Moore sur la quasi-totalité, et l'absence de vieilles têtes connues, comme Jay Allard. Comme j'apprécie autant ce personnage que son homologue chauve de chez Sony, ce n'est peut-être pas une mauvaise chose.

Autre surprise, l'attention donnée au Xbox Live Arcade. En utilisateur fréquent de ce service, je ne peux que saluer l'effort fait par Microsoft pour apporter de nombreux jeux téléchargeables. Et ils auraient tort de ne pas le faire, car c'est maintenant qu'ils doivent le développer, avant que le choix face pâle figure comparé à une certaine Virtual Console de la Wii.

En faisant abstraction de la partie Windows Vista de la conférence, il ne reste donc plus ou moins que les nouveaux titres présentés. Il y a du solide, Forza 2, Fable 2 ou Halo 3 (certes pas très original, mais solide quand même), bien que ces deux derniers referont parler d'eux à l'E3 prochain. Peter s'est fait un beau tatouage pour l'occasion de la simili-exclusivité de GTA 4, qui ne concerne en fait que le contenu téléchargeable, et a ressorti son marqueur pour refaire celui de Halo 2. Pour la prochaine grosse annonce, osera-t-il se faire tatouer son crâne chauve ? Blague à part, il y a peut-être une chose qui m'a déçu lors de cette conférence. Rare est toujours aussi discret. Après être parti fort au lancement de la 360, en dehors d'un Viva Pinata très sympathique visuellement, mais dont l'intérêt m'échappe un peu, aucune nouveauté ne vient du développeur anglais.

Toutefois au final, ce qui m'aura le plus plu lors de cette conférence, ce n'est pas tellement ce que Microsoft y a présenté. Ni la manière ou le ton utilisé. Non, ce qui m'a impressionné et pleinement satisfait, c'est la proximité que Microsoft a créé avec ses joueurs, en proposant un contenu impressionnant sur le Xbox Live Marketplace. Une initiative inédite, qui permet à chaque joueur de profiter immédiatement des images de l'E3, et parfois même d'y jouer, sans avoir à subir un streaming pixellisé ou saccadé. Ca c'est du service client !

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

fr4nz
15 Mai 2006
13:16

"le jeu que je n'osais plus espérer voir sortir un jour : Yoshi's Island 2 ! Un vieux rêve d'enfant se réalise, merci Nintendô"

Ben diminue tes attentes, c'est Artoon qui le développe.

15 Mai 2006
19:25

Oui, j'ai malheureusement appris ça après avoir publié l'article.

Il y plus qu'à espérer qu'ils nous sortent enfin quelque chose de bon... En tout cas, c'est clair que ça calme tout de suite.

Ajouter un commentaire