Les Chevaliers du Zodiaque

Saint Seiya animé

Google Fight a cela pour lui qu’il offre quelques paradoxes amusants. Parmi ceux-ci, il donne un résultat intéressant dans le combat entre « Saint Seiya » et « Setoshi Seiya ». Trente mille fois plus de réponses à l’occidentale qu’à la lecture originale des kanji, ça a de quoi laisser dubitatif. Ces considérations linguistiques passées, je ne vous proposerai pas une critique complète et amoureuse de l’œuvre Saint Seiya, mais plutôt un début d’analyse à propos du traitement des personnages mis en scène par KURUMADA.

Les protagonistes des Chevaliers du Zodiaque sont caractérisés de manière générale par les valeurs morales très présentes qui régissent leurs décisions. Solidarité, sens du sacrifice et protection d’autrui au péril de sa vie, obédience à son dieu sont autant de vertus que partagent les chevaliers de bronze et que connaîtront ou découvriront également d’autres intervenants. À travers ces valeurs, ce sont tous les choix et actions des chevaliers qui pourront être expliqués, même les plus fous. Ainsi, ce sont moins les attaques qui comptent que comment et pourquoi elles sont portées. Chaque coup est expliqué, défendu, débattu entre le protagoniste et son adversaire, c’est la raison pour laquelle les attaques moins puissantes et redondantes des chevaliers de bronze pourfendent en fin de compte tous leurs adversaires, tout puissants soient-ils.

En ce sens, la portée philosophique de la parole surclasse nettement la puissance brute de l’agression. Saint Seiya semble donc tirer ici sa première inspiration de la Grèce antique dans la force verbale des sophistes. Le manga réutilise par la même le fameux « petit deviendra grand » validant toute action aussi impossible qu’elle soit, par le pouvoir de la volonté. Cette volonté prend sa source et son envol dans l’arène grecque (à l’image de celle même où Seiya obtient pour la première fois l’armure de Pegasus), figure immuable et la plus représentative du chant spartiate : travail, exercice, volonté sont la base de toute existence saine et valable. La victoire se mérite et passe par la souffrance puis l’érection en martyr. La gloire n’a pas d’importance mais le péril valide le mérite de la victoire en combat.

D’autre part, KURUMADA martèle à travers son manga une théologie omniprésente. Il observe une réécriture assez fidèle des poncifs présents dans les mythes antiques et la chrétienté, à base de défis des dieux puis de punitions corollaires. Comme dans nos légendes, les hommes (ici, les chevaliers de bronze) souffrent mais se relèvent, toutefois dans Saint Seiya le défiant vainc son défié. Peut-être est-ce là l’empreinte du genre shônen dont KURUMADA semblait vouloir se détacher. Toujours est-il que Setoshi met en scène l’éternel recommencement de la quête du pouvoir, sauf que certains le font dans un but purement égoïste, alors que d’autres tentent de l’obtenir pour pouvoir défendre leur déesse face à des dangers toujours plus importants.

Par ailleurs, et c’est un point éminemment intéressant, les chevaliers en tant qu’ils sont des représentations des hommes font le choix de leur dieu. Il y a cette volonté sous-jacente du monothéisme qui s’inscrit en filigrane de toute la saga : nos chevaliers ont voué allégeance à la déesse Athéna, représentée par Saori, et pour honorer celle-ci et la défendre, tous les autres dieux sont repoussés. Athéna atteint ainsi le statut de symbole féminin, maternel, déictique derrière laquelle s’effacent toute la force et la fierté masculines. Ce qui nous conduit donc à l’autre image capitale de Saint Seiya : la réhabilitation du statut féminin. En effet, la figure démiurgique immortelle et intemporelle dans l’œuvre est celle d’Athéna/Saori, dont tous les chevaliers de bronze sont amoureux et dont ils défendront l’emblème jusqu’à leur mort, face à toutes les menaces aussi démesurément puissantes fussent-elles.

Saint Seiya peut être analysé à travers de nombreux points. Peut-être est-il à considérer comme une œuvre majeure de notre temps, en tout cas il constitue un manga important pour son étude caractéristique des mythes antiques à l’occidentale.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

zoumana
04 Novembre 2005
10:17

bonjour je m appelle zoumana je voudrais que vous nous remettiez manga pour regardai mes favoris

06 Novembre 2005
12:35

Bonjour, je m'appelle Gael et je n'ai rien compris à votre commentaire.

abel149
26 Avril 2009
02:15

je les aime beaucou

MurielleMi
25 Juillet 2010
22:31

Interessant Gael!!

Ajouter un commentaire