Beta Test (émission TV)

Nota Bene : Cette critique a été réalisée après la diffusion et le visionnage des six premières émissions, en téléchargement sur le site officiel.

Beta Test s’offre comme une alternative à la quasi hégémonie de GameOne, récemment rachetée par MTV, sur le créneau des émissions TV de jeux vidéo. Diffusée sur La Locale (canal 51 de la Freebox) et en téléchargement gratuit sur Internet, cette émission d’une demi-heure s’ajoute aux bien seules Replay de MCM et Re-7 de Canal J. C’est le studio de production Wild Cats qui réalise l’émission, animée par une bande de pré-trentenaires fort sympathiques bien qu’assez inconnus au bataillon. L’émission se déroule sur la base des thèmes habituels. News, previews, tests et dossiers s’ajoutent au petit plus de l’émission : la phase de bêta-test qui offre à deux joueurs chaque semaine la possibilité de tester un jeu sur le plateau. Toutefois, la construction paraît parfois un peu étrange ; l’on passe d’un test à une actu, puis au bêta-test, puis à un dossier, etc. Il arrive donc que l’émission manque de lisibilité, et peut-être vaudrait-il mieux adopter un chemin de fer plus classique avant de prendre ses marques. En fin d’émission, le présentateur accueille un invité différent à chaque fois, pour une interview souvent intéressante.

L’émission est présentée par une équipe tout à fait agréable. Les chroniqueurs ont l’air absolument ravi, il n’y a aucune prise de tête, et l’ambiance « amateur mais sérieux » passe parfaitement à l’antenne. Tous les intervenants ne sont pas très à l’aise, et il arrive qu’ils aient l’air crispé, qu’ils lisent trop leur texte ou que les phrases débitées ne le soient pas de manière très fluide. De plus, à cause du stress, l’expression n’est pas toujours des meilleures : du coup, le syndrome « sujet – auxiliaire – adverbe – adjectif + repeat all » s’avère parfois redondant. L’on note également des tournures assez lourdes, comme « on peut que conclure en disant que les fans vont attendre ça et ils peuvent vraiment se réjouir parce que c’est vraiment un opus qui les réjouira », à propos de Tekken 5. Et si la prononciation n’est pas non plus toujours heureuse (« euhtrois » pour E3, « Léone » de bh4 ou Tracksmania), le bon esprit et la bonne volonté sont là, ce qui s’avère très réjouissant. De plus, tous les intervenants sont bien habillés, ce qui évite les tenues « jeun’s SMS » de chez GameOne. Il manque peut-être juste un maquillage un peu plus pro, mais dans l’ensemble l’équipe fait absolument bonne figure.

Cédric GÉRARD (au premier plan sur la photo) s’avère un présentateur efficace, et le fait qu’il ait l’air constamment défoncé joue en la faveur du sérieux de l’émission, puisque son ton calme et posé huile bien l’émission. Les transitions manquent parfois d’un peu de fluidité, mais rien de bien méchant. Il y a juste Gianni que j’ai du mal à encadrer ; je n’y peux rien, c’est épidermique, il me fait trop penser aux présentateurs formatés de GO, et je le trouve un peu vulgaire donc en décalage avec le reste de l’équipe. D’autant que sa partie n’est pas la plus intéressante, tant les joueurs sont accrochés au titre qu’ils essaient, d’où des interventions assez limitées (peut-être faudrait-il les faire arrêter de jouer avant de leur donner la parole ?). La régie qui s’agite derrière ne joue pas non plus en sa faveur. Toutefois, dans l’ensemble, l’équipe a gagné en assurance avec la cinquième émission, où le nombre d’intervenants s’est réduit pour le meilleur. Les chroniqueurs sont de plus en plus à l’aise et sympathiques, et le dialogue toujours un peu plus fluide. Il faut continuer dans cette bonne voie !

Il subsiste encore quelques petites approximations, notamment sur certains points précis du déroulement. Par exemple, en cours de texte ou de preview, l’on voit presque uniquement le chroniqueur, avec de rares passages de quelques petites secondes sur le jeu. Autant faire dans le classique et rester beaucoup plus longuement sur la vidéo du jeu, puisque les spectateurs veulent voir le jeu plutôt que celui qui lit son texte. De plus, il manque un fond musical sous les paroles. Sans ce fil sonore, l’émission fait un peu tristounette. Enfin, j’ai noté quelques soucis de son, notamment des micro-coupures répétées et très pénibles, dues soit à l’encodage, soit au montage très sec.

Dans l’ensemble, Beta Test s’avère une excellente émission de jeux vidéo. L’équipe est fort sympathique, et les informations délivrées plutôt justes. Les intervenants réalisent un très bon boulot, et leur émission tient largement la route. Il reste encore quelques petits détails à améliorer, alors souhaitons-leur bonne chance pour la suite !

Interview de Cédric GÉRARD, présentateur de Beta Test

Kanpai! : Quel est ton rôle dans Beta Test ?

Cédric GÉRARD : J’ai de multiples casquettes dans l’émission. Je suis chargé de production, rédacteur en chef ainsi que présentateur.

Peux-tu présenter rapidement l’équipe, et préciser comment chacun est arrivé dans l’émission ?

L’équipe de Beta Test est constituée de 7 personnes : Xavier CALVI qui est le producteur de l’émission, Tom KSTA le directeur artistique, les rédacteurs/chroniqueurs : Alison VERMELLE, Benjamin ROY, David LEROUX, Régis RAPPAILLE, et Gianni MOLINARO. Beta Test est une émission produite par la société WildCats Productions dont Xavier est le directeur, les chroniqueurs ont tous été recrutés à la suite d’un entretien permettant d’évaluer leurs compétences rédactionnelles, ainsi que leur éloquence devant une caméra. Chacun ajoute sa touche à l’émission, car ils ont tous une sensibilité différente ce qui est vraiment important pour Beta Test.

Quelles sont les difficultés et contraintes principales qui découlent de Beta Test ?

Les contraintes sont multiples. Tout d’abord Beta Test n’existe que par la volonté de WildCats Productions, nous sommes à l’heure actuelle à la recherche de partenaires souhaitant nous soutenir dans notre démarche. Ensuite, faire une émission télé hebdomadaire impose des contraintes en terme de production qui ne sont pas simple à gérer sans budget : montage et démontage plateau, moyens techniques pour l’enregistrement, pré et post production des émissions etc.

Mais quoi qu’il en soit notre motivation nous permet d’obtenir un produit dont nous sommes vraiment fiers.

Qu’aimerais-tu changer dans l’émission ?

Changer n’est pas le bon terme. Nous sommes en perpétuelle recherche d’amélioration du concept, dans le fond comme dans la forme. Beta Test est une émission qui s’adresse avant tout à un public, et nous souhaitons prendre en compte ses attentes. C’est pour cette raison que nous avons créé un forum de discussion sur le site de l’émission, ce forum nous permet de recueillir toutes les remarques et de prendre en compte celles qui nous semblent les plus pertinentes, dans la limite de nos contraintes bien évidemment.

Que penses-tu de tes concurrents, et GameOne en particulier ?

GameOne n’est pas un concurrent, une émission ne peut concurrencer une chaîne de télévision. Nous sommes heureux que GameOne existe.

Nous avons crée Beta Test pour plusieurs raisons :

  • Etendre l’offre télévisuelle en matière de jeux vidéo.
  • S’adresser au public des 15-35+ ans.

Que peut-on faire pour que Beta Test perdure ?

C’est assez simple en fait : envoyez-nous des sous !! Non, je plaisante. Simplement parlez de Beta Test autour de vous, inscrivez vous sur le forum, faites le vivre, donnez nous vos impressions et venez aux enregistrements.
Pour les membres les émissions seront disponibles en avant première, vous aurez accès à des vidéos et des interviews exclusives, donc n’attendez pas, inscrivez vous sur www.betatest.tv.

Pour finir, as-tu un petit mot pour les lecteurs de Kanpai!?

Tout simplement merci de vous intéresser à Beta Test, le jeu vidéo et la japanimation sont des univers très proches. Continuez dans votre démarche et longue vie à Kanpai! et à Beta Test.

Merci Cédric.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles