Assassin’s Creed 2 : le test

Assassin’s Creed 2

La fin d’Assassin’s Creed premier du nom alléchait le joueur autour d’un complexe scénaristique étendu bien au-delà de Jérusalem, Acre et Damas. Dès le départ, la productrice Jade Raymond annonçait la couleur en expliquant qu’AC aurait comme arc principal une trilogie. La théorie semble se confirmer puisque, outre la version PSP Bloodlines, le scénario du deuxième opus tangue vers un dénouement attendu dans Assassin’s Creed 3. Mais nous y reviendrons.

Autant être clair de suite : Assassin’s Creed II est une évolution du 1, clairement pas une révolution. On n’attendait certainement pas que le système de jeu soit revu en entier, mais 2 ans après l’original, certaines choses se devaient d’être mises à niveau. Une fois de plus, la com’ d'Ubisoft a bien fonctionné puisqu’à travers leurs beaux discours sur la correction de tous les défauts remontés, force est de constater qu’on est plutôt devant une version 1,5 qu'un véritable 2. Pas de quoi se pendre, ceci dit. Et comme l'indiquent le début et la fin du jeu pour le moins animés, on est bel et bien au milieu d'une trilogie. On retourne dans l’Animus un peu à brûle-pourpoint, après une intro speedée à la « avance et ne regarde pas trop à droite ou à gauche, la peinture est encore fraîche »… à la Matrix, en fait. Cela reste, malgré tout, un plaisir de retourner dans l(es) univers d’Assassin’s Creed.

Pourtant, comme je le disais, rien n'a énormément été chamboulé au niveau du système de jeu, de l’aventure ni de la collectionnite. Tout est un juste peu plus précis et plus agréable. Pour les amateurs d’AC1, tant mieux, il ne faut pas s'attendre à de profonds changements. Mais ceux qui trouvaient des choses à redire au premier opus pourront toujours cracher leur venin sur celui-ci. Pas que j’en sois, mais c'est surtout au niveau des combats que j'ai été déçu. On a pu lire un peu partout qu'Ubi avait entendu les remarques des joueurs mécontents. Il me semble que c'était surtout porté sur les batailles répétitives et honnêtement, elles n'ont pas trop bougé. Certes, on peut voler les armes des ennemis, il y a un plus grand choix dans l’inventaire mais sinon, c'est grosso modo la même chose. De même, certains types d'ennemis réagissent aux contres, aux esquives et ainsi de suite, mais on retient vite les paternes et finalement la variété n'est que de façade. On se retrouve toujours, en combat, à alterner entre les 3-4 mêmes actions. Heureusement, comme avant, peut-on choisir de se battre de loin ou d'esquiver une rencontre.

Pour le reste, c’est un peu plus de mouvements, la double lame, un large choix d'équipements, d'armes, de possibilités... mais Assassin’s Creed 2 reste timide sur l'exploitation des nouveautés qu’il apporte, par exemple : l'arme à feu, le déplacement des cadavres, le poison, les fumigènes, le vol des armes, le recrutement de différents groupes… En laissant autant de choix et de liberté d’action autour de la linéarité de son scénario, on finit, si on n’y fait pas attention, à jouer toujours de la même façon et à éviter les quêtes annexes. Au joueur de s’autogérer et d’exploiter les possibilités offertes par Ubisoft Montréal. Car le choix s’avère vaste, notamment au niveau des missions ainsi que sur la possibilité de les accomplir. De même, les villes sont plus nombreuses, plus grandes, plus impressionnantes techniquement. On arrive finalement sur un moteur ouvert à la GTA4, que l’introduction de la monnaie « RPG-ise » encore un peu plus. Dommage que la télé-transportation gâche un peu cette ambiance liante.

Le scénario, en revanche, confirme les attentes ouvertes avec le premier opus et aguiche sur la fermeture à venir avec le futur Assassin’s Creed 3. Comme prévu, exit donc les aventures d’Altaïr et sa croisade en Terre Sainte ; bienvenu à Ezio, le Rital Renaissant en fin de XVème siècle. Bien vu : l’histoire nous plonge sur plus de 20 ans de sa vie de héros V2.0. Quant à Desmond, un peu effacé, il prend malgré tout du galon dans la guerre millénaire entre Templiers et Assassins. Merci le tutorial progressif de Lucy (toujours interprétée par Kristen Bell, heureusement mieux modélisée). On n’a donc qu’une hâte : masteriser le temps présent et voir qui y tire vraiment les ficelles. Voilà, donc on espère qu’on ne va pas vers une déception scénaristique à la Xenosaga. A priori, ce n’est pas le cas. Le label « à suivre, et vite » est donc validé sans problème pour cet AC2 !

A lire ces prochains jours : un article qui explique la fin d’Assassin’s Creed 2 et des pistes sur le scénario du bouquet final Assassin’s Creed 3. A lire également : Assassin's Creed 2, séquences manquantes pour jeu en kit.

Et on termine par un sympathique trois-cases de Penny Arcade :

Assassin’s Creed 2

Assassin’s Creed 2

Assassin’s Creed 2

Assassin Creed II
Publié le
2 commentaires
Publié par Gael
Rédacteur en chef
Gael est le fondateur et responsable de la publication sur Kanpai. Amoureux de la culture japonaise au sens large, il voyage au Japon régulièrement depuis 2003 et partage ses infos, bons plans et un certain regard sur l'archipel nippon.
Kanpai vous suggère également ces articles
Pour en apprendre plus sur le Japon, consultez les eBooks Kanpai

Les deux systèmes syllabaires appelés "Kana" sont à la base de l’écriture nippone et il est indispensable de les connaître sur le bout des doigts pour commencer à lire et écrire le japonais.

C’est pourquoi nous avons souhaité développer notre propre méthode précise et complète, qui vous permettra d’apprendre les Kana japonais rapidement et de bien les retenir sur le long terme.

2 commentaires sur cet article
BoolProp
16 Décembre 2009
17:22

Même pas un petit mot pour les graphismes quasi-parfait de ce jeu ?

16 Décembre 2009
18:01

J'ai dit que les environnement étaient plus impressionnants techniquement. Mais pour en remettre une couche, c'est vrai que graphiquement, Assassin's Creed 2 est irréprochable.

Ajouter un commentaire