Animatrix

Matrix anime

Au sein du grand ouragan Matrix s'inscrivent aujourd'hui tout naturellement des Animatrix que l'on n'aurait pas soupçonnés, dès leur annonce, si importants et si intéressants. Les frères WASCHOWSKI ont déballé l'artillerie lourde à travers ces neuf courts métrages, qui possèdent le double intérêt d'éclairer les points sombres du scénario complexe de la saga en laissant le champ libre à des équipes d'animation très diversifiées, tant en technique qu'en nationalité. L'occasion de faire d'une pierre deux coups pour le public comme pour les producteurs, qui eux s'offrent une délocalisation moins coûteuse en temps comme en moyens financiers, pour un résultat en forme de melting-pot étrangement habile dans lequel le public s'y est retrouvé. C'est donc joliment géré de la part d'américains qui ne faiblissent décidément pas en compétence marketing. Et pour une fois, on ne leur en voudra pas.

1&2. The Second Renaissance - Part 1&2 - réalisé par MAEDA Mahiro (Blue 6), écrit par Larry et Andy WACHOWSKI, animation et conception par Studio 4°C.

* Les deux Second Renaissance narrent la genèse du scénario de la saga, de l'âge d'or des machines jusqu'à leur rébellion, leur prise de pouvoir et l'enfermement du genre humain. Malgré les deux épisodes, la petite vingtaine de minutes, si elle passe vite, permet de manière fort intéressante de nous renseigner bien plus avant sur le pourquoi précis du synopsis des films. La technique utilisée, mixant animation traditionnelle et images de synthèse, permet une dramaturgie poussée, vectrice d'une ambiance caractéristique renforcée par des effets de caméras opportuns et un code couleur très grisé. A voir absolument pour saisir l'essence du scénario Matrix, malgré une animation très occidentalisée.

3. Program - écrit et réalisé par KAWAJIRI Yoshiaki (Ninja Scroll, Vampire Hunter D...), animation et conception par Madhouse Studios.

* Très court, Program trahit, et on l'en remercie, le trait et la mise en animation de son géniteur. Il est mis en scène dans une matrice japonaise de l'époque des samurai et relate le combat entre deux rebelles pour une guerre des idées. Il contient de superbes effets modernes et cinématographiques dans une animation traditionnelle japonaise, pour un rendu de très grande qualité. La fin en particulier surprendra tant pour ses rebondissements scénaristiques que pour son clivage technique. A noter que cet épisode est également disponible en version japonaise.

4. Kid's Story - réalisé par WATANABE Shinichirô (Cowboy Bebop), écrit par Larry et Andy WACHOWSKI, animation et conception par Studio 4°C.

* Beaucoup plus occidental dans son rendu que la plupart des autres Animatrix, Kid's Story décrit rapidement l'éveil de Michael Karl Popper, personnage de Reloaded et Revolutions. Animés sur des décors au niveau de détail impressionnant servis par une excellente maîtrise de la perspective, les quelques protagonistes de Kid's Story profitent de contours en mouvement constant, pour un rendu des déplacements et de la vitesse très intéressant. De l'Enki BILAL animé, en quelque sorte, ce qui crée la surprise de la part de WATANABE. Décidément, le réalisateur a plus d'une corde à son arc. A noter en clin d'oeil amusant la présence de Neo et Trinity en contre-jour à la fin du court.

5. World Record - réalisé par KOIKE Takeshi, écrit par KAWAJIRI Yoshiaki, animation et conception par Madhouse Studios.

* World Record met en scène l'aventure d'un sprinteur qui franchit la barrière de la Matrice par un dépassement de soi. Encore une fois, l'aspect occidental du dessin ressort très nettement à travers des traits fins, précis et surtout droits, une teinte de couleurs très orangée, voire marron, et un travail sur les ombres impressionnant. L'animation, détaillée et stylée par une absence volontaire de fluidité lors de certains mouvements, n'est pas en reste. World Record charme donc l'œil autant qu'il attire l'attention pour son intérêt scénaristique.

6. Beyond - écrit et réalisé par MORIMOTO Koji (Kamui, Cobra The Movie), animation et conception par Studio 4°C.

* A travers un scénario étonnamment onirique, Beyond mêle des techniques d'animation variées et crée des contrastes intéressants en mixtant traditionalisme et modernité, crayon et synthèse, oriental et occidental, trait précis et flou artistique. Par un graphisme incroyablement précis et réaliste, une maîtrise impressionnante des calques et des perspectives, et une mise en scène plus cinématographique, Beyond attire autant de par sa technique que pour son scénario. Indubitablement l'un des courts forts de cet Animatrix.

7. Matriculated - écrit et réalisé par Peter CHUNG, animation et conception par DNA (Séoul).

* Un brin plus sombre, obscur voire compliqué que les autres épisodes, Matriculated offre deux styles graphiques et une narration très musicale. Il se permet de mélanger informatisation et poésie dans un film plein d'espoir mais particulièrement triste. C'est un court-métrage très artistique qui s'impose alors et laisse encore une autre alternative aux choix des rebelles. Une expérience intéressante, mais sensiblement moins "palpable" que les autres Animatrix.

8. A Detective Story - écrit et réalisé par WATANABE Shinichirô, animation et conception par Studio 4°C.

* Comme son titre l'indique, les quelques minutes de cet Animatrix nous laissent partager l'enquête d'un détective sur la trace d'un pirate informatique connu sous le nom de… Trinity. Très impressionnant dans sa maîtrise technique du noir & blanc et du grain (comme pour délimiter à sa manière le "monde réel"), du contraste et surtout de la luminosité, A Detective Story nous laissera seulement entrapercevoir une poignée de couleurs, pâlies ou ternies, par-ci par-là. A ce titre le rapport aux couleurs, jusque dans le scénario et les dialogues, apparaît sournois et bien vu. D'ailleurs, le contraste ira jusqu'à nous faire fourvoyer entre modernité du propos et son univers rétro. Le court-métrage se terminera intensément par une dernière scène aux airs familiers du monorail de Tengoku no Tobira. Un bien beau clin d'œil !

9. Final Flight of The Osiris - réalisé par Andy JONES, écrit par Larry et Andy WACHOWSKI, animation et conception par Square USA.

* Final Flight of the Osiris a été réalisé par l'excellente équipe de Square Pictures qui a été, de manière relativement peu compréhensible, moins félicitée pour ses compétences et sa maîtrise techniques que reconnue à hauteur de la qualité de sa production. C'est donc en partie pour renflouer tant bien que mal les caisses bien vides de la maison mère et du département cinématographique de la firme que ce dernier Animatrix d'une petite dizaine de minutes a vu le jour.

Même animation, même motion capture, même grain d'image, mêmes couleurs et jusqu'aux protagonistes étrangement similaires à son long métrage d'aîné ; pas de doute, l'équipe d'Honolulu a employé le moteur de The Spirits Within. Qui s'en plaindrait, de toute manière, au vu de la qualité remarquable d'une telle création, qui plus est plutôt toujours d'actualité et encore loin de l'obsolescence malgré ses deux bons ans d'âge. Ce Final Flight plongera dans une ambiance tour à tour sexy, époustouflante puis éprouvante, servie par une technique grandiose et une maîtrise de l'outil ahurissante. Quelle superbe révérence finale !

Article intéressant ?

Galerie photos

  • animatrix
  • animatrix-program
  • the-animatrix

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Ajouter un commentaire