Alice Margatroid - Touhou Project

Bienvenue, ô voyageur errant sous la canicule de l'été. Aujourd'hui, nous allons découvrir de quel bois se chauffe la petite dernière de T's Systems : Alice Margatroid de Touhou Project.

Mais qui c'est, cette Margatroid ?

Honnêtement, je ne sais pas. Il faut dire que le casting Touhou Project n'est pas ce que l'on peut appeler un casting concis. Roooh quoi allez... Bon ok, Touhou Wiki powaaa !!!

Bon alors par là, on apprend que c'est une fine magicienne, une véritable virtuose de la manipulation et de la stratégie. Elle n'aime pas se mêler aux autres et a tous les traits d'une tsundere. Malgré tout, elle finit par se fritter avec Marisa et rompt donc avec cette distance qui la mettait au dessus des autres. Vous vous doutez bien qu'en fait, il s'agit d'amours contraires, et que Marisa et Alice sont en fait le miroir l'une de l'autre.

The box

La box présente -oui, présente, comme une scène- Alice, cadrée, entière. Seul le socle est masqué, mis à part ça, la boîte, d'aspect très simple, blanche avec quelques pointes de rose, n'est guère plus sophistiquée.

D'ailleurs, cette simplicité même et le renvoi du blanc fait beaucoup penser aux packaging Mac, propres, nets, toujours en soulignement mais sans démonstration. Effectivement, on n'a qu'une envie, de sortir Alice de son tableau.

The (big) one

A l'origine un Garage Kit, Alice, sur ses 1/6, fait forte impression sans avoir besoin de faire grand étalage.

Un petit sourire timide aux coins des lèvres, les joues rosées et une pose de main de chef d'orchestre, autant de signes qui font d'elle un joli brin de fille mais qui est complètement à l'opposé de l'image qu'on a du jeu. On a peine à imaginer que cette magicienne, qui avance malicieusement vers nous, aime en réalité la solitude et la distance.

Elle est vêtue d'une longue robe bleue, qui virevolte sagement, découvrant ses jambes mais également ses grosses boots. Le contraste est intéressant entre les couleurs sages, pastelles de la robe et le sombre vernis des boots.

Le socle est constitué d'un plaque de plastique marron bois, simple, mais qui s'accommode bien avec le caractère casanier qui se dégage du personnage. Personnellement, j'aurais quand même apprécié un peu plus de fantaisie, des livres ou autre, qui aurait pu accompagner Alice dans ses déplacements -je veux dire, en plus de ses invocations-.

The (little) one

Deux petites poupées, une bleue et une rouge, trouvent leurs appuis sur chacun des pans de la robe, et, une fois posées, elles offrent l'illusion d'être vraiment commandées par les doigts d'Alice. Ces deux poupées sont plutôt bien faites, et ont chacune un véritable charme bien à elle.

L'une semble serviable, l'autre plutôt anxieuse. D'ailleurs, leur caractère diffère jusqu'à leurs dessous (ecchi, je sais, mais quand on fait dans le détail, il faut le faire jusqu'au bout) puisque la petite rouge porte de simples dessous -culottes, chaussettes- tandis que la bleue se pare de porte-jarretelle.

L'impression à distance raisonnable étant très positive, approchons-nous un poil et voyons si les détails suivent.

Finitions

Il est vrai que le rendu du personnage, la pose, les accessoires jouent un grand rôle dans l'attachement que l'on pourrait porter à une figure, mais il ne faut pas oublier la mise en couleur. Alice, malgré le rendu parfait de la pose, n'échappe pas au "vite-fait" de T's Systems.

Les cheveux semblent fanés, figés, car la teinte adoptée est fade, terne et aucun dégradé n'est venu enrichir la réalisation. Ce manque souligne également le manque de finesse au niveau du moulage des mèches de cheveux et du bandeau. Il y a également quelques gros accrocs visibles sur les mèches de devant, juste au-dessus du regard. Trop grossier, trop figé, pas assez vivant, on ne retrouve plus le mouvement du vent et de la marche d'Alice et ça gâche un peu le tableau.

Même remarque en ce qui concerne la mise en couleur de la robe. On pourrait regretter le manque d'éclat des rubans, qui, à cause d'un rose poussiéreux, ne contribuent pas à souligner le bleu pas assez sombre de la robe et la finesse de la taille.

Le constat est valable pour la peau. aucun dégradé, aucun ombrage, quand on y regarde bien, ce n'est pas une Alice pleine de piquant et de malice que l'on a, mais une alter ego à qui il manquerait un peu de souffle. Finalement, les seules qui se satisfassent de ces raccourcis sans perdre une once de valeur sont les deux petites marionnettes qui, d'un air simple, sans prétention aucune, nous laisse sur une atmosphère de conte de fée.

Conclusion

Au final, Alice doit rester avant tout comme une occasion de se faire plaisir sans forcer. Une jolie conquête, mais qui aurait mérité tout de même un peu plus de travail de la part de T's Systems. Il faut bien l'avouer, jouer avec la version Garage Kit, ça aurait peut-être été pire...

Article intéressant ?

Galerie photos

  • Alice Margatroid
  • Alice Margatroid
  • Alice Margatroid
  • Alice Margatroid
  • Alice Margatroid
  • Alice Margatroid
  • Alice Margatroid

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Ajouter un commentaire