1080° Avalanche : ouf !

Ten Eighty Silver Storm

Aujourd'hui encore, et ce malgré une concurrence de plus en plus féroce du côté d'Electronic Arts et de Microsoft, 1080° Snowboarding fait figure de référence dans le domaine des simulations de snowboard. C'est dire si son successeur sur GameCube était attendu. Pourtant, l'accouchement se sera fait dans la douleur, avec un changement de développeur (de Left Field à NSTC) et de nombreuses versions preview des plus inquiétantes. La presse n'a pas été tendre non plus, malgré quelques critiques plutôt encourageantes venant du net. La faute à qui ? A Nintendô sans aucun doute, qui n'aura pas fourni les versions de test à des dates permettant aux rédactions de jouer suffisamment au jeu pour pouvoir ensuite sortir des tests représentatifs de la qualité du jeu.

Car 1080° Avalanche nous emmène clairement du froid, très froid au chaud, TRES chaud. La première fois que j'ai lancé le jeu dans ma GameCube, je me suis retrouvé face à une vidéo d'introduction plutôt séduisante, suivie du désormais traditionnel chalet de 1080. Après avoir sélectionné le mode championnat en novice, je me retrouve face à un choix des personnages où manque à l'appel Kensuke Kimachi, celui que je prenais dans la version N64. Je dois donc me rabattre sur un autre choix. Une fois ceci fait et le snowboard sélectionné, la course peut commencer. Les loadings sont plutôt longs mais accompagnés de jolies illustrations et offrent la possibilité de choisir sa musique parmi un assez large choix. Une fois sur la piste, les premières impressions ne sont pas aussi réjouissantes que prévu. Visuellement, c'est très beau, mais pas magnifique, comme pour quasiment tous les jeux signés Nintendô sur GC finalement. Le jeu tient cependant toutefois la comparaison visuelle avec ses "rivaux" que sont SSX 3 et Amped 2. Le jeu est très jouable et reprend partiellement l'excellent schéma de la version N64, avec une simplification des rotations. Il faudra toutefois un certain temps d'adaptation aux adeptes de SSX, compte tenu des nombreuses différences. L'ambiance sonore est également agréable, avec des bruitages de bonne facture, bien qu'un peu limités et un choix de bande son de plutôt bonne qualité. Mais, malgré ces quelques qualités, le gameplay n'est pas là. L'on descend les pistes de haut en bas en prenant deux ou trois virages sans trop de difficulté, sans trop de plaisir, avec une animation des plus étranges. En effet, plus votre rider prendra de la vitesse, et plus l'écran se mettra à trembler. Un effet bizarre, qui apporte dans un second temps un certain réalisme au jeu, une fois que l'on ne le confond plus avec d'atroces saccades de l'animation. Saccades d'ailleurs malheureusement parfois bien présentes sur certains circuits. A la fin de chaque compétition se trouve une course qui nous met face à la nature, en bravant une avalanche. Mais voilà, en Novice, le pathétique petit filet de neige qui coule derrière le rider n'est pas réellement trippante et c'est la mine défaite que se termine ce championnat.

Je décide cependant de m'accrocher et m'attaque au mode Hard, qui offre un léger mieux dans la manière de parcourir les tracés (on ne glisse presque plus droit en bas), mais malheureusement toujours une trop faible avalanche finale. De même, le niveau de difficulté est toujours ridiculement bas. Mais le dégoût s'estompe peu à peu, car rarement un jeu de snowboard n'aura été aussi confortable à jouer, et le côté très naturel de l'environnement offre de bonnes sensations au joueur. C'est donc avec une motivation renforcée que je pars sur le mode Expert. Passées quelques courses plutôt intéressantes, malgré un adversaire toujours autant faible, je suis tombé sur le circuit qui va bouleverser tout ce que je pensais de ce jeu. L'avalanche du mode Expert est sans aucun doute l'une des expériences les plus vibrantes qui m'aura été donnée de vivre dans un jeu de snowboard. On est vraiment face à une nature déchaînée, avec une immense coulée de neige pulvérisant tout sur son passage à nos trousses et l'obsession d'en sortir vivant. Mis en scène de manière à donner un maximum de sensations au joueur, cette première vraie avalanche fait désormais incontestablement partie d'un de mes plus beaux moments de jeux vidéo.

La persévérance est donc amplement récompensée. Mieux, en chemin, l'on se laisse prendre dans cet univers, charmé par le gameplay des plus agréable et les sensations procurées par la descente des différentes pistes. C'est donc avec une certaine joie que l'on s'attaque aux slaloms géants, aux compétitions de figures ou aux Time Attack, afin de débloquer quelques secrets.

Le bilan est donc au final des plus positifs. Comme Wave Race Blue Storm, NSTC nous offre un jeu qui ne plaira peut-être pas au premier feeling, mais dont l'investissement finit par payer. Et je vous rassure, il ne faut pas attendre très longtemps pour ça. On regrettera juste un character design plutôt mauvais et un niveau de difficulté un peu trop bas qui engendre une durée de vie plutôt courte. Mais c'est bien peu compte tenu des sensations qu'il peut procurer. Et rien que pour les revivre encore et encore, je suis sûr que tous les modes une fois pliés, on y reviendra inlassablement, comme le 1080° de la N64. Un très bon cru donc, peut-être pas accessible à tous, qui m'aura tout de même bien fait peur au début.

La déception

Avis de Gael

Je suis un énorme fan de 1080° Snowboarding sur Nintendô 64, mais je suis de plus en plus déçu par cette suite sur GameCube. Autant techniquement c'est très réussi, autant les effets spéciaux sont superbes, autant le jeu perd une majeure partie de ce qui faisait son charme à cause du système de tricks. Pour Wave Race Blue Storm, NSTC avait sensiblement amélioré le système des figures, mais dans le cas de 1080°, c'est quasiment une honte de l'avoir nommé une nouvelle fois de cette façon. La fameuse rotation à 1080°, qui était vraiment tout un symbole sur N64, n'est plus qu'un vague souvenir. Ici, les personnages tournent de manière plus qu'irréaliste, presque comme dans le plus mauvais Cool Boarders. Cela ne sert à rien d'enchaîner de belles figures avec des rotations, puisque 1080° Avalanche ne débloque des points que si l'on effectue des "combo" illogiques et qui castrent le gameplay. Ajoutez une ambiance sonore digne d'American Pie, et vous obtenez deux points noirs tellement énormes qu'ils en gâcheraient presque un titre pourtant très réussi autre part. Alors si ce 1080° contentera les nouveaux joueurs, il est à fortement déconseiller, selon moi, aux amateurs du premier épisode qui auront de grandes chances de se retrouver déçu devant un système de tricks simplifié pour les besoins du grand public, n'arrivant ainsi pas à la cheville du système de son aîné. Il faut alors se rendre à une évidence qui fait mal : la série 1080° a perdu son identité en se fondant dans le moule. Plutôt écœurant...

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles