Vos méthodes d'apprentissage du japonais ?

7 réponses

Bonjours à toutes et à tous,

J'ai parcouru plusieurs forums français sur la langue japonaise et j'ai remarqué que beaucoup d'apprenants utilisent les manuels de Kunio Kuwae et des logiciels tels que Anki pour apprendre la kanji. Je n'ai jamais utilisé ces outils, mais j'ai eu l'occasion de feuilleter les Kunion Kuwae et si je les ai trouvés bien faits d'un point de vue apprentissage grammatical, je ne les ai pas trouvés très intéressants d'un point de vue communicatif.

En parcourant tous ces forums, je me suis donc demandée si avec ce genre de méthodes une personne était capable de comprendre oralement la langue et de la parler.

Je remarque également que le nombre de manuels pour apprendre le japonais disponibles en français est plutôt restreint.

Je fais donc appel aux lectrices et lecteurs de Kanpai! pour m'aider à trouver des pistes de réponses à mes questions :

- Trouvez-vous que les outils que vous utilisez actuellement pour l'apprentissage du japonais vous sont utiles pour la compréhension orale et la conversation ? Pourquoi ?
- Avez-vous déjà été intéressé par des manuels que vous n'avez finalement pas acheté car ils sont en anglais ?

Je vous pose ces questions car je m'intéresse aux mécanismes d'apprentissage des langues étrangères, et en particulier à l'apprentissage du français par les japonais et à l'apprentissage du japonais par les francophones.

J'étudie pour devenir prof de français et je suis en même apprenante du japonais depuis 8 ans. Au cours de mes études, j'ai remarqué qu'on n'enseigne plus du tout les langues européennes comme du temps où j'étais au collège ou au lycée mais par contre, je constate que les méthodes d'apprentissage du japonais disponibles en français sont encore très focalisées sur la grammaire.

Merci à toutes et à tous !

Paméla

Question intéressante ?
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des Kanpai-chan dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.

Kanpai vous suggère également ces articles

Réponses à la question

greg
09 Novembre 2012
09:36

Il est vrai que les manuels d'apprentissage du japonais sont nombreux.
J'en ai écumé une bonne quinzaine (anglais ou français) et il faut savoir faire le tri entre ceux basés sur la grammaire et ceux sur les kanjis. Pour l'oral c'est un hic. Je n'ai rien trouvé de convenable (ce qui me pose problème car je m'aperçois que je l'écris mieux que je ne le parle). J'ai essayé le CNED, très bien pour le module débutant 1 et 2, mais atroce pour le niveau intermédiaire où la responsable du cours ferait mieux de se recycler.
Les manuels minna no nihongo (grammaire et oral) sont sans doute les meilleurs mais ce n'est pas très facile pour un débutant de manier un livre tout en japonais et de jongler sur les notes et traductions d'une autre main (en plus l'addition est salé lorsque le paye le prix Junku).
En ce qui concerne l'apprentissage des kanji, là c'est un peu carnaval. Chaque livre a sa propre liste, JLPT, Gakunenbetsu kanji haitôhyô, listes d'approches par le dessin, "kanji dans la tête"...etc. Tout dépend de ce que l'on veut faire et c'est difficile pour débutant de s'y retrouver. Je pense que si c'est pour vivre au Japon ou étudier sans aucune autre prétention alors les Gakunenbetsu kanji haitôhyô sont une bonne voie à explorer. Si c'est pour passer les JLPT alors il faut se concentrer uniquement sur la liste. (au final les deux se retrouvent de toute façon)

Contrairement à toi, je trouve quand même que les livres en français sont assez nombreux et diversifiés: entre l'apprentissage par les mangas et la méthode assimil il y a quand même une sacré différence de concept d'apprentissage. Certain livres en anglais sont vraiment bien, notamment pour la préparation du JLPT (exercices, anales...etc).
Un apprenant peut donc trouver son bonheur pour commencer, tout dépend de comment il analyse cet apprentissage. Il n'y a pas une seule façon d'apprendre, tout dépend des individus.

Julien69
09 Novembre 2012
10:43

Bonjour Paméla,

Comme je l'ai évoqué lors d'une autre question (=> Comment mieux progresser en japonais à l'oral), voici ma méthode :
- pour la grammaire, j'ai débuté et j'utilise Pratique du Japonais de KINUO KUWAE. Pour moi, tout est très bien expliqué, il suffit d'être méthodique (et d'avoir envie d'apprendre !). J'ai un cahier à part que je remplis en fonction de ce que je juge interessant dans le bouquin (leçon + quelques exemples). Ensuite, j'utilise Anki (j'y reviendrais)
- pour les kanjis, j'ai eu beaucoup de mal à retenir les différents kanjis avec le livre de KINUO KUWAE sans méthode. Je me suis donc penché sur la question au bout de quelques mois d'apprentissage. J'ai donc tenté Le Kanjis dans la tête de YVES MANIETTE. En suivant sa méthode, j'arrive à retenir le sens global du kanji, cela me permet de facilement savoir de quoi parle un mot. Pour la prononciation, je ferais confiance à KUNIO KUWAE. Par contre, si je croise un kanji que je n'ai pas vu avec YVES MANIETTE, j'ai beaucoup de mal à retenir ce qu'il signifie (sauf exception).
J'utilise également Anki pour ceci.
- pour tout retenir et encrer dans la mémoire, j'utilise Anki sur mon PC en créant des fiches que je révise tous les jours (sauf week-end mais je rattrape le lundi).
Je rentre 3 "paquets personnalisés" que j'améliore constamment en fonction de mon apprentissage sur PC.
Le premier fut les kana, très utile pour ne pas perdre notamment les katakana.
Ensuite j'ai fais un paquet pour le KUNIO KUWAE avec surtout du vocabulaire (kana, kanji, français), des phrases d'exemples et des kanjis que je modifie beaucoup => 3000 entrées à ce jour
Et enfin, le dernier pour les kanjis de YVES MANIETTE qui m'aide également à ne pas oublier.
Pour moi, un très très bon outils, surtout que je l'utilise sur mon téléphone n'importe où => ANKIDROID !!
- Mon point faible , l'oral. J'attends donc la réception du livre que tu m'as conseillé : Shadowing: let’s speak Japanese. Je t'en dirais des nouvelles !!

Après avoir relu ton article, j'ai l'impression de répondre un peu à côté...
Je te dirais pour l'oral une fois que j'aurais un peu mieux avancé dans la langue !

ps : désolé je peux pas trop me relire...

Paméla
09 Novembre 2012
16:13

Merci à vous deux pour vos réponses ! Je vois que finalement chacun, grâce à sa motivation, arrive à trouver le matériel nécessaire à son apprentissage et ça me rassure ! Je m'inquiétais un peu pour les francophones car le peu de manuels en français que j'ai vu me semblait soit se baser sur les méthodes d'apprentissage des années 70/80, soit n'être pas assez sérieux.

En ce qui concerne mon parcours d'apprentissage, j'ai débuté seule en utilisant la méthode "40 leçons pour parler japonais" que je continue de trouver extrêmement bien faite pour un vrai débutant ou quelqu'un qui voudrait seulement s'initier à la langue japonaise. Puis j'ai décidé de suivre un cours. Je vivais dans un petit village mais j'avais la chance d'avoir à quelques dizaines de km de chez moi un monument historique important qui avait une guide touristique pour Japonais. Cette guide donnant des leçons de japonais dans un centre culturel, je m'y suis inscrite.

Nous avons travaillé avec le Manekineko en première année, puis avec Banzai en deuxième, puis j'ai arrêté le cours faute de temps. J'aimais bien ces deux méthodes mais aujourd'hui, avec le recul, je me dis qu'il n'y avait pas assez de situations de communication. Le point principal travaillé dans une leçon est toujours la grammaire, et non pas une façon de dire les choses dans une situation donnée.

Par la suite j'ai travaillé seule avec le manuel "Parlons japonais" qui est, là encore, super bien fait niveau grammaire et dans lequel chaque leçon débute par un dialogue (hourra !). J'ai travaillé le premier tome, j'ai débuté le deuxième, mais je me suis sentie un peu perdue à cause du vocabulaire que je trouvais trop riche.

Puis entre temps j'ai déménagé au Canada où je suis toujours. Là j'ai pris des cours, puis arrêté, puis repris,etc. J'ai fait deux écoles différentes et j'ai fait le va-et-vient entre les niveaux intermédiaire et avancé. Le niveau intermédiaire correspondait à mon niveau mais parmi les 10 personnes du cours il y en avait 4 ou 5 qui étaient à la traîne et ralentissait le cours. On m'a donc envoyé au niveau avancé, mais là je me suis retrouvée avec des gens qui avaient pour la plupart déjà vécu au Japon. Bref, je n'étais à ma place nulle part.

Dans mes cours, j'ai travaillé avec "Japanese for Busy People", "An integrated approach to intermediate japanese", "Nihongo Chukyu J501", "Tobira: Gateway to Advanced Japanese" (selon moi, le meilleur livre sur le marché pour le niveau intermédiaire), "Authentic Japanese: Progressing from Intermediate to Advanced" puis je suis revenue à l'étude seule avec "An integrated approach to intermediate japanese", manuel qui m'a littéralement gonflée, et aujourd'hui je reprends avec le "Tobira".

Si pour l'oral je n'ai pas trop de problèmes (beaucoup d'échanges linguistiques, des amis japonais,accès à une chaîne de télé en japonais...), ma grammaire a beaucoup souffert de mes changements d'école successifs. Du coup, je trouve mon niveau un peu fouillis et j'aimerais parfois reprendre du début.

Mais je m'éloigne du sujet de ma question... merci encore à vous deux de m'avoir gentiment fait partager vos expériences !

Paméla

kikiltr
09 Novembre 2012
19:48

Pour ma part, j'ai appris avec ASSIMIL, et ça marche très bien j'ai mis 1 ans pour apprendre à parler correctement (JLPT N4) et maintenant je travaille sur minna no nihongo (mais bien prendre la version française et la version japonaise) si tu n'a personne pour te faire les dialogues tu auras aussi besoin des CD. Je peux te dire que ça marche. J'ai eu le JLPT N3 en 2 ans et demi et je parle très bien avec des personnes natives. Bientôt le N2 ???? Un autre niveau

Jérémy
10 Novembre 2012
07:25

Salut Paméla !

Bravo pour ton parcours déjà ! ^^

Jérémy, Nantais expatrié au Japon et plutôt avancé en japonais, je m’incruste dans la discussion...

Tout le problème me semble tenir à ceci : tant qu’on est en situation d’auto-apprentissage et qu’on est pas sur place il n’est pas évident de progresser à l’oral en japonais. En « ajattant » (*) on peut développer sa capacité à comprendre, mais sans pratique difficile de devenir soi-même producteur de japonais... La langue est en effet tellement « high-context » qu’essayer de la maîtriser en dehors de l’environnement où elle est naturellement employée pose de très grosses difficultés. Il faut y être exposé totalement pour pouvoir véritablement l’appréhender dans toute sa richesse, sa complexité, ses niveaux de politesse, ses variations locales (pour moi la version kobeïenne du dialecte du Kansai), ses différences entre les sexes sans parler de toute la partie non-verbale, le fameux « kûki » et consorts, pan immense de la langue japonaise aussi difficile à acquérir qu’essentiel afin de ne pas courir le risque de se retrouver perdu en Nipponie (après vous pouvez aussi adopter une autre stratégie : bien parler la langue sans faire de gros efforts pour ajouter à votre moi intial un « moi japonais ». Si vous y trouvez votre compte c’est tout aussi bien !).

Il est clair aussi que dès qu’on sort du niveau débutant les supports manquent terriblement. On a exploité tout le contenu de ses méthodes, mais cela ne signifie pas forcément que l’on peut intégralement centrer son apprentissage autour de « matériaux bruts ». Il faut quelque chose pour fqire le lien entre les deux. On a certes la possibilité de passer par l’angliche, mais cette langue n’est pas une panacée (à ce sujet je suis de ceux pour qui l’anglais fait partie intégrante de son projet autour du Japon. English or not English pour les non-native speakers learning Japanese, sujet de discussion intéressant !). Que se passe-t-il donc ? Je pense que tout le monde fait son petit bricolage en fonction de ses besoins, de sa motivation et de ses moyens aussi, car le Japon c’est pas la porte à-côté, même s’il faut reconnaître que nous vivons à une époque qui, si l’on sait vers où diriger ses efforts, facilite incroyablement l’apprentissage des langues étrangères (je me considère moi-même comme un pur produit de ce que la mondialisation offre de positif en termes d’accès aux informations et d’ouverture aux cultures autres !).

Pour ce qui est de tirer le maximum de son apprentissage du japonais en parfait autodidacte, surtout pendant cette période de vaches maigres où l’on doit tout faire chez soi en attendant de trouver mieux, j’en connais un rayon, j'ai fait de l'âge de 13 ans à mon premier boulot d'interprète en 2006 (après je suis devenu JET, ce n'était plus vraiment la même chose ). Si tu as des questions, je me ferai un plaisir de te répondre. Ce que je puis te dire d’emblée : il n’y a pas de méthodes miracles, juste quelques recommandations. Dans ton cas, en plus de ta forte motivation je pense que tu as un avantage énorme car étant déjà bien avancée de ton apprentissage tu peux te permettre d’entrer dans la phase finale de l’acquisition d’une langue étrangère – peut-être la plus agréable, la plus stimulante et la plus gratifiante – à savoir ranger une bonne fois pour toute les méthodes de langue et n’utiliser que du matériel brut : parler japonais avec des Japonais avec qui tu veux échanger, lire en japonais ce que tu veux lire, écouter du japonais pour apprendre de nouvelles choses... Bref faire ce que l’on veut de son japonais, vivre son japonais (ce qui in fine pourra te permettre de vivre de ton japonais si là est ton objectif !).

Et le plus drôle dans cette affaire est que c’est ironiquement quand on s’est approprié la langue que tout commence, mais chut, c’est une autre histoire...

Au plaisir de te lire,

Jérémy
Vaguement traducteur/interprète français-japonais-anglais, plus concrètement ancien CIR français du Hyôgo, et actuellement salary-man à Kôbe.

(*)Néologisme formé à partir du site « AJATT ».

Paméla
11 Novembre 2012
23:35

Merci Kikiltr et Jérémy pour vos réponses !

C'est sûr que pour l'oral, le mieux c'est d'être en immersion. Mais parfois on ne peut pas, et on doit ou on veut (ou les deux) progresser en japonais. C'est pour cela que j'essaye de multiplier au maximum mes interactions avec des locuteurs natifs. J'en ai un en permanence à la maison, mais nous nous parlons toujours en français.

Sinon Jérémy, tu as mis le doigt sur quelque chose d'intéressant et qui m'a fait réfléchir. Je suis dans la phase qui se situe entre intermédiaire et avancé et je pense que j'ai peur de lâcher les manuels de langue, qui continuent à me servir de béquilles. C'est une situation un peu semblable à celle de la personne qui doit sauter à l'élastique et à qui il ne reste qu'un pas à faire pour se lancer.

En tout cas je te remercie d'avoir partagé ton expérience et je te remercie aussi de tes encouragements, je crois que j'en avais besoin en ce moment !

Yasuo-kun
29 Août 2013
00:07

Avec les livres pratiquement impossible , surtout au niveau livre français-japonais comme tu la dis le choix est très restreint , la qualité n'est pas très bonne en plus de ça....
Perso niveau livre j'ai fait le tour , il y a rien d'intéressant si on veux avoir un gros niveau(jlpt1 pour ma part) .
Ma méthode a moi (de mon point de vu qui est la meilleur) apprendre tout le vocabulaire nécessaire en (kana,kanji) , une fois cela acquis attaqué la grammaire comme j'aurai un vocabulaire très étendu les mots ne manqueront pas ^^' , après pour la compréhension oral c'est autre chose pour ça je regarde des drama , les informations , la météo , divers podcast de itune.pour la compréhension écrite on peut lire le journal, des livres japonais et des articles wikipédia .après aussi ce qui serait bien c'est de trouvé des personnes qui on une bonne maitrise de la langue et parler régulièrement avec eux .

Voila ^^'

Ajouter une réponse
Pour en apprendre plus sur le Japon, consultez les eBooks Kanpai

Avec toutes ses spécificités, le Japon est une destination un peu à part. Préparer son voyage peut s’avérer compliqué et l’on se retrouve parfois un peu perdu(e).

Fort de plus de 10 ans de voyages au Japon, l’auteur livre ici toutes les informations à connaître pour organiser votre séjour au Japon dans les meilleures conditions, de la préparation à l'arrivée sur place, en passant par la sélection des visites jusqu'à la constitution de votre itinéraire.

Les deux systèmes syllabaires appelés "Kana" sont à la base de l’écriture nippone et il est indispensable de les connaître sur le bout des doigts pour commencer à lire et écrire le japonais.

C’est pourquoi nous avons souhaité développer notre propre méthode précise et complète, qui vous permettra d’apprendre les Kana japonais rapidement et de bien les retenir sur le long terme.